La lignée des EUZET de Martinique.



"Longtemps, les Antillais ont cru qu'ils étaient des sous-hommes parce qu'ils étaient mélangés, sans compter que la part nègre était infériorisée : c'est pour ça que le rôle de CÉSAIRE a été si important, lui qui a valorisé cette part. Maintenant, on sait que les forces de métissage ne sont pas des forces de dégénérescence, au contraire. L'histoire de la Caraïbe a fait que cet endroit est comme une zone bleue du point de vue du contact des communautés". (Article de René de CECCATTY dans Le Monde du 03.07.2004 : "Edouard GLISSANT, voyageur du tout-monde".)

Signification des abréviations :
: naissance
b : baptême
p : parrain
m : marraine
fs : fils
fa : fille
test : testament
x : mariage
Cm : contrat de mariage
+ : décès
(+) : enterrement
ca ; environ









La présentation du lieu.
L'état des connaissances.
Questions.

1/ La présentation du lieu



Rivière-Pilote est à une trentaine de kms de Fort-de-France, dans le sud de la Martinique. C'est la commune d'origine des EUZET de Martinique.



Dans ce qui reste de l'ancien cimetière
de Rivière-Pilote : une stèle offerte par
M. A. de BEAUREGARD
(photo J.C.E. - 13.04.2003)

L'église de Rivière-Pilote
(photo J.C.E. - 13.04.2003)

La rue du marronnage, à Rivière-Pilote
(photo J.C.E. - 13.04.2003)



Génération 1. Génération 2. Génération 3. Génération 4. Génération 5. Génération 6. Génération 7. Génération 8. Génération 9.



"Aider les originaires d'outre-mer à mieux connaître leur identité au moyen d'une recherche généalogique axée sur la découverte de leurs ascendants esclaves et de conférences sur l'histoire, l'économie et l'anthropologie des sociétés issues de l'esclavage colonial." : premier des quatre objectifs du CM98 - Le Comité marche 98 - repris à la p. 118 de Devenir descendant d'esclave, de Johann MICHEL (Presses Universitaires de Rennes, 1er trimestre 2015)


2/ L'état des connaissances

L'histoire des EUZET de Martinique ou, plus précisément, du nom EUZET en Martinique, commence le 31 décembre 1848, à Rivière-Salée, quand Sévérine, fille d'Elise, se présente devant le maire de cette commune, Charles FOUCHE : "La citoyenne Sévérine née dans la commune de la Rivière Pilote âgée d'environ 23 ans, fille de Elise décédée domiciliée dans la commune de la Rivière-Salée ; et inscrite précédemment au registre matricule des esclaves sous le n 28, s'est présentée devant nous et a reçu le nom d'EUZET. Fait à la Rivière-Salée le 31 décembre 1848." C'est bien Sévérine (et non Elise) qui est domiciliée dans la commune de Rivière-Salée. L'analyse du registre d'individualité de Rivière-Salée montre la même structure de phrase pour tous les actes (quant au registre matricule des esclaves, chaque commune en avait au moins un, comme on le voit clairement dans certains actes ; ici, il s'agit très probablement de celui de Rivière-Pilote). A noter que le même acte se trouve dans deux registres, respectivement au n 510 et au n 541, avec exactement le même texte.

Sévérine, fille d'Elise, se voit attribuée le nom d'EUZET,
le 31.12.1848, à Rivière-Salée
(photo de Mme Nathalie BUHOURS)

Immédiatement, se pose la question du pourquoi de ce nom que l'on ne trouve à cette époque, pratiquement, que dans l'Hérault (pour les patronymes) et dans le Gard (pour les toponymes). Or, on sait qu'en 1848, il était interdit de donner le nom de quelqu'un habitant dans l'île. De plus, personne avec ce patronyme ou un patronyme proche ne semble avoir été présent en Martinique, en 1848. Enfin, contrairement à une pratique que l'on retrouve ailleurs, on n'a pas donné le nom de communes aux nouveaux citoyens, à part quelques rares exceptions comme BOSTON et VERNON (et même dans ces cas, on trouve ces patronymes en France).

Il faut donc trouver la solution ailleurs. Or, quand on étudie le "registre des individualités" de Rivière-Salée, on s'aperçoit que beaucoup de noms qui se retrouvaient alors dans le midi de la France - particulièrement dans le Languedoc - ont été donnés, à Rivière-Salée : MARRE, PASCAL, ROCOUR, ROCHE, BAUME, CANAL, COSTE, ESTIBAL, FAGE, LAFOND, LAURÉ, BERTIN et d'autres encore. Manifestement, il y a là une inspiration due à quelqu'un qui avait une très bonne connaissance des patronymes du sud de la France, et notamment du sud-est. On peut même noter que beaucoup de ces patronymes se retrouvent dans la région proche de Montpellier. Cependant, la liste complète montre qu'en fait, il y avait des patronymes puisés dans tout l'hexagone, de la Côte atlantique au Nord, de la Normandie au Massif central. Il ne faut pas oublier non plus que certains de ces patronymes se retrouvent dans beaucoup de départements de l'hexagone parce qu'ils ont des origines multiples (BERTIN, DURANT, RENAUD, ROCHE, POIRIER, etc). Enfin, l'analyse des patronymes des conseillers municipaux de la commune des Trois Bourgs (qui incluait Rivière-Salée, avant 1849) n'est pas vraiment concluante. En effet, les 21 conseillers municipaux s'appelaient, à partir du 25.10.1848 : DIVRON, BIROT, CADET, DESPORTES, BOUROY, MORIN, THOMAS, MARIE, PIERRE-FELIX, EDGAR, DUFRESNE (pour 4 conseillers), FOUCHE, PERRIOLAT, L'HOMME DE MAREIL, DE LATOUCHE, HERVE, FAURE, SIMON et LAROCHE. Sauf le cas de Jean Baptiste FAURE, on ne peut pas dire que l'on retrouve des noms du midi de la France, personnes qui auraient pu influencer dans le choix des noms à attribuer.

La question qui vient ensuite est, évidemment, celle de la commune. Pourquoi, Rivière-Salée, alors que Sévérine était née à Rivière-Pilote ? L'analyse des minutiers de notaires de la Martinique permet de lever un coin du voile sur l'histoire de Séverine (ou plutôt Sévérine, comme on l'écrivait le plus souvent). En effet, immédiatement après l'abolition de l'esclavage, les propriétaires ont créé des sociétés, des associations, avec leurs anciens esclaves appelés désormais "agriculteurs" dans ces actes. On trouve de tels contrats définissant les droits et obligations des deux parties pour cinq habitations de Rivière-Pilote, en 1848 et 1849. L'une d'elle est l'habitation Saint Pons. Or, parmi les cultivateurs et cultivatrices de cette habitation, en août 1848, il y avait "Sévérine fille mineure de Lise décédée". L'habitation Saint Pons est, effectivement, sur les hauteurs de Rivière-Pilote, mitoyenne de l'habitation Lescouet.



Dernière de la liste des agriculteurs de l'habitation Saint Pons, le 08.08.1848, Sévérine et sa mère Lise (Elise) étaient très probablement esclaves sur cette habitation appartenant à ARTUR du PLESSIS, avant l'abolition de l'esclavage qui venait d'avoir lieu.

Ces "sociétés" n'ont eu qu'un temps, car les conditions qui étaient faites aux agriculteurs rappelaient trop les conditions de l'esclavage, comme l'indiquent Armand NICOLAS dans "L'histoire de la Martinique", (dans le tome 2, pages 14 à 19) ou encore Gilbert PAGO dans "Les Femmes et la liquidation du système esclavagiste à la Martinique 1848-1852" (pages 135 à 150). Deux phrases de ce dernier ouvrage résument la situation : "Les nouveaux libres préfèrent le salariat à ce type de contrat qui les attache à l'habitation et au maître. Ce n'est pas qu'ils veulent s'en aller de leurs habitations, mais ils veulent se sentir libres de négocier leur salaire avec plusieurs maîtres." (pages 138-139) et "Très vite d'ailleurs, les propriétaires dénonceront les contrats d'association dont ils voient les limites de productivité et de rentabilité économique pour le maître" (page 150). L'analyse de la situation qui suit l'abolition de l'esclavage montre ainsi l'opposition des travailleurs à des types d'exploitations qui rappelaient trop les formes serviles du passé. Quant aux femmes, elles ont manifestement été à la pointe dans cette opposition.

Comment situer Sévérine dans cette situation ? D'une part, on la voit membre de l'association de Saint Pons, à Rivière-Pilote (en août 1848) et, d'autre part, elle se présente à la mairie de Rivière-Salée, commune où elle est domiciliée (en décembre 1848). Il est donc probable qu'elle s'est enfuie de Saint Pons pour échapper aux contraintes de l'association. C'est peut-être aussi ce qui explique qu'elle ne s'est présentée qu'en décembre, pour se mettre à l'abri de poursuites par son ancien maître. Il est probable qu'entre août et décembre, elle a due être protégée par Jérémie GERMAIN, issu d'une famille de "libres de couleur" et père de l'enfant qu'elle portait.

En effet, le 7 mars 1849, la "citoyenne" Sévérine EUZET a déclaré à la mairie de Rivière-Pilote, la naissance d'un fils naturel, Thomas Saint Ange, né le 27 janvier 1849. Agée alors de 23 ans (le même âge que dans l'acte de décembre 1848), elle a indiqué qu'elle était domiciliée à Rivière-Salée (ce qui correspond aussi à l'acte de 1848) et que la naissance s'est passée "en la maison du citoyen Jérémie GERMAIN, située en cette commune" (c'est-à-dire à Rivière-Pilote). Jérémie GERMAIN a reconnu être le père de Thomas Saint Ange EUZET, cinquante ans après sa naissance, le 15 janvier 1899.

En fait, Sévérine a fait preuve d'une certaine "mobilité" car on la retrouve domiciliée dans la commune du Marin, en 1851 pour la naissance de sa fille Marie, en 1853 pour la naissance de son fils Armand Germain et en 1855 pour la naissance de son fils Jules. Dans les trois cas, les actes indiquent qu'elle est domiciliée au Marin. En 1853, la naissance s'est passée "en sa demeure sise aux hauteurs de cette commune" et en 1855, "en sa demeure sur l'habitation Germain située en cette commune". Il est évident qu'il s'agit du même Jérémie GERMAIN de 1849. C'est d'autant plus évident que lui-même reconnaît Marie comme sa fille, le 02.11.1882. Cet homme est né libre le 11.07.1819, présenté à la mairie de Rivière-Pilote, le 09.08.1819, par sa mère "la nommée Elisabeth dite Rosa, négresse libre de cette paroisse". Elle lui a donné le prénom de Jérémie. C'est plus tard qu'elle se marie avec le sieur GERMAIN (le 16.09.1833, au Marin) et qu'ils reconnaissent comme leurs enfants Jrmie et ses trois soeurs. Par cet acte, Jérémie est devenu Jérémie GERMAIN (cas intéressant où l'on voit comment un prénom devient un nom). En tant qu'"entrepreneur des routes", c'est un personnage important qui représente un modèle de réussite sociale. Quant à son habitation au Marin, elle est mitoyenne ou très proche de celle de Lescouet. (voir plus de détails dans "renseignements sur les conjoints" de la suite 1 , notamment sur sa filiation, sa situation et aussi sur son rôle supposé dans l'insurrection du sud de la Martinique). Enfin, Sévérine a eu un autre garçon, né le 13.05.1859 (déclaré le 14 juin), au Marin. Il s'agit de Joseph Valérien, appelé simplement Valérien dans un acte de 1901. Il naît dans la demeure de Sévérine sise "à la Vierge", qui est un des lieux-dits du Marin. Elle décède à 60 ans, le 30.10.1885, à Rivière-Pilote, "en sa demeure dans les hauteurs de cette commune"

Deux lieux qui ont marqué l'unité de cette lignée : "l'habitation Escouët" et les terres "Saint Vincent".

Sur les cartes de Rivière-Pilote, on voit le lieu-dit "Lescouët", sur les hauteurs de Rivière-Pilote, avec, un peu plus loin, le lieu-dit "Saint-Vincent" et, entre les deux, un vallon appelé "Ravine Braie". C'est là la zone d'implantation des EUZET de Martinique, comme cela apparaît bien dans de nombreux actes de l'Etat civil de Rivière-Pilote, avec cette formule rituelle "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët". En effet, de 1878 à 1900, on trouve cette localisation pour la plupart des actes concernant la famille de Thomas Saint Ange EUZET, celle d'Armand Germain EUZEDE mais aussi pour celle de Marie Elisabeth FIDELE qui était servante sur l'habitation, ce qui veut probablement dire que Joseph Valérien EUZET y était aussi.



La maison du domaine de Lescouët
(photo J.C.E. - avril 2003)

Au début du XXe siècle, la formule devient "au lieu-dit Saint Vincent", ce qui s'explique certainement parce que "l'habitation", au sens classique du terme de grande exploitation agricole, ne devait plus exister en tant que telle. Cette formule s'appliquant aussi bien à la descendance de Thomas Saint Ange EUZET qu'à celle de Jules EUZET, cela démontre, a contrario que l'autre formule employée jusque là pour la famille de Jules EUZET ("sur les hauteurs de cette commune") visait le même endroit : le lieu-dit Saint Vincent, au bout de Ravine Braie. Il est toutefois possible qu'une partie des domiciliations pouvait se trouver hors du périmètre de l'habitation Escouët, ce qui expliquerait les variations de formulations, selon la famille.

En fait, les terres dites "Saint Vincent" faisaient partie de l'habitation Saint-Pons. C'est le 27.03.1799 que Louis HEUDE SAINT VINCENT vend cette habitation "cafféterie", à Pierre Charles LE GENDRE de FOUGAINVILLE. Entre-temps, Armand, Georges ARTUR, écuyer, sieur du PLESSIS, avait épousé Luce Agathe dite Laure LE GENDRE de FOUGAINVILLE, en 1797 (contrat de mariage au 21 novembre). En 1800, la propriété passe aux FRANQUEVILLE, par achat aux FOUGAINVILLE. En 1807, l'habitation est divisée pour moitié entre les FRANQUEVILLE et les du PLESSIS, avec la gestion dans une société commune. En 1817, en deux fois, les du PLESSIS achètent le tout aux FRANQUEVILLE. Ultérieurement, en 1827, 1829, 1839 et 1844, des portions de terres sont détachées de l'habitation.

Le Morne Sulpice, Lescouët, Saint-Vincent, Ravine-Braie, Mare Capron ...
("Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique", fiche n 39)


Des EUZET, des EUZEDE, des EUZEBE, des EUSEBE : une seule et même famille

Il y a souvent des erreurs dans ces actes de l'Etat civil du XIXe siècle. Or, on sait bien, par exemple, que des erreurs de lettres dans le patronyme par les officiers de l'Etat civil sont reprises ensuite lors des naissances des enfants de la descendance. C'est le cas pour les EUZET de Martinique. Ainsi, le 10 novembre 1853, lors de l'inscription de la naissance d'Armand Germain, né le 11 octobre au Marin, le nom de l'enfant est inscrit sous la forme EUZEDE et Sévérine, elle-même, est nommée EUZEDE. Par contre, lors de la déclaration de naissance de Jules, le 21 novembre 1855, au Marin (il est né le 19 octobre), c'est bien le nom d'EUZET qui est indiqué pour la mère et pour l'enfant, exactement comme en 1849, pour la naissance de Thomas Saint Ange, à Rivière-Pilote. Cette erreur, une fois faite à la naissance, se continuera par la suite. Ainsi, le 19 juin 1880, quand Armand Germain EUZEDE se marie, il est indiqué comme étant le fils naturel de dlle Sévérine EUZEDE et le mariage a lieu en présence d'Ange Thomas EUZEDE, frère de l'époux. Assez curieusement, comme pour la naissance, l'officier d'Etat civil attribue aux parents la même graphie, ici EUZEDE. Même phénomène, le 5 juin 1881, pour le baptême de Constance Athénaïs EUZEDE, fille d'Armand Germain EUZEDE, en présence de Thomas Saint Ange EUZEDE, oncle paternel de l'enfant. Cependant, on assiste, parfois, à une transformation du nom de EUZEDE en EUZEBE ou EUSEBE, toujours dans la descendance d'Armand Germain, à Rivière-Pilote :

- le 30.11.1883, à Rivière-Pilote, naissance de Florent EUZEBE, fils d'Armand Germain EUZEBE
- le 16.01.1886, à Rivière-Pilote, naissance de Marcel EUSEBE (dans la liste récapitulative du registre), Marcel EUZEDE (dans l'acte du registre), fils d'Armand Germain EUZEDE
- le 17.07.1888, à Rivière-Pilote, naissance de Rose EUSEBE (dans la liste récapitulative du registre), Rose EUZEBE (dans l'acte du registre), fille d'Armand Germain EUZEBE
- le 12.02.1891, à Rivière-Pilote, naissance d'Aman EUZEDE, fils d'Armand Germain EUZEDE
- le 15.09.1893, à Rivière-Pilote, naissance d'Euphémie EUZEDE, fille d'Armand Germain EUZEDE
- le 12.11.1896, à Rivière-Pilote, naissance de Romain EUZEBE, fils d'Armand Germain EUZEBE
- le 10.06.1900, à Rivière-Pilote, naissance de Médard EUZEDE, fils d'Armand Germain EUZEDE

Il est probable que les EUZEDE et EUZEBE ont dû donner autant de lignées avec ces graphies différentes mais il faut souligner que ces déformations successives du nom EUZET ne sont apparues que dans la descendance d'Armand Germain. Pour tous les autres, dès la naissance de Thomas Saint Ange, en janvier 1849, le nom est resté sous la forme EUZET, sans changements. Nadiège EUZET, arrière-arrière-petite-fille de Sévérine EUZET et de Jérémie GERMAIN, rencontrée en avril 2003, a indiqué que cette variation des noms, due à des erreurs de l'Etat civil, était bien connue des EUZET de Martinique. A noter, cependant, que le patronyme EUSEBE existait déjà dans l'île, indépendamment de cette branche des EUZET. Ainsi, en 1816, Alexandre EUSEBE, "nègre libre" vivait à Saint Pierre. Ou encore, cet EUSEBE, né au Marin, qui décède à Rivière-Pilote le 31.05.1857 ; il est âgé de 60 ans, "célibataire, fils naturel de mère inconnue" et il meurt " sur la propriété sise sur cette commune de M. ARTUR du PLESSIS". A noter, aussi, l'information du décès de Sainte Croix Dominique EUSEBE, le 02.04.1920, à l'hôpital militaire de Perpignan (66), décès signalé par l'historienne Sabine ANDRIVON-MILTON, à la page 57 de son ouvrage intitulé : "Le livre d'or des soldats martiniquais morts pendant la grande guerre" (SAM Editions, 2006). L'auteur indique qu'il était né au Lorrain, en 1898. Enfin, dans le livre "Propriétaires d'esclaves en 1848 - Martinique, Guyane, Saint-Barthélémy, Sénégal" d'Oruno D. LARA et Inez FISCHER-BLANCHET (L'Harmattan, 2013), on repère trois noms à la page 333 : Dame Vve EUSÈBE LAVENTURE, Dlle Rosélie EUSÈBE et EUSÈBE MALBROUGH.

De nombreux enfants naturels et des reconnaissances paternelles en série

Une autre reconnaissance est particulièrement remarquable, car c'est une reconnaissance groupée de huit enfants. En effet, dans l'Etat civil de Rivière-Pilote, au 12 décembre 1898, Joseph Valéry EUZET (c'est-à-dire Joseph Valérien), "cultivateur en cette commune", reconnaît être le père de huit enfants, nés à Rivière-Pilote, de lui et de dlle Marie Elisabeth FIDELE, dénommée FOUSSINE ou plutôt TOUSSINE, cultivatrice, "domiciliée en cette commune". Il s'agit de :

- Rose FIDELE, née le 27.05.1883, à Rivière-Pilote
- Joseph Polycarpe FIDELE, né le 17.04.1885, à Rivière-Pilote
- Noëlla Arthémise FIDELE, née le 28.01.1887, à Rivière-Pilote
- Joseph Pascal FIDELE, né le 16.06.1889, à Rivière-Pilote
- Marthe Eléonore FIDELE, née le 20.04.1892, à Rivière-Pilote
- Maximilien FIDELE, né le 16.12.1893, à Rivière-Pilote
- Jean Avit FIDELE, né le 25.02.1896, à Rivière-Pilote
- Rachel FIDELE, née le 08.02.1898, à Rivière-Pilote

Il faut bien considérer que ces reconnaissances entraînent normalement le changement du nom. Cependant, la descendance de Thomas Saint Ange EUZET est restée avec le patronyme EUZET (probablement compte tenu de l'époque tardive de cette reconnaissance).

Un nom qui s'est transmis aussi bien par les hommes que par les femmes

On a déjà vu le cas de Sévérine EUZET qui a transmis son nom à tous ses enfants et celui de Marie Elisabeth FIDELE qui a transmis le sien à ses huit enfants (jusqu'à la reconnaissance) mais il y a aussi le cas de Marie Horacia EUZET, fille naturelle d'Emmélie RINTO et de Thomas Saint Ange EUZET, née le 23 mai 1872 et déclarée comme telle par ses deux parents, à l'Etat civil de Rivière-Pilote, le premier juillet 1872. Mais c'est la suite qui est encore plus caractéristique des moeurs de l'époque. En effet, Marie Horacia décède le 8 juin 1896, après la naissance d'un fils, le 13 mai 1896. Or, la grand-mère de l'enfant, Emmélie RINTO, présente l'enfant le 17 juin 1896 et déclare vouloir lui donner le prénom de Jacques Philippe ; cet enfant est alors inscrit en tant que Jacques Philippe EUZET. Phénomène identique encore avec Laure Marie Cécile EUZET, fille de Thomas Saint Ange EUZET, qui déclare à l'Etat civil de Rivière-Pilote la naissance de Bernadine EUZET, née le 9 septembre 1904, sans indication du nom du père. Ainsi, de 1849 à 1904, c'est une pratique relativement courante qui se constate sur cette période de plus d'un demi-siècle.

Mare Capron qui domine Ravine Braie,
au soir du 03.04.2016
(photo R.M.E.)

De 1849 à aujourd'hui, la nombreuse descendance de Sévérine EUZET, fille d'Elise

Génération 1

- Elise est formellement indiquée comme la mère de Sévérine, celle-ci étant la première a avoir porté le nom d'EUZET en Martinique. Quand est-elle née et dans quelle habitation ? Une première hypothèse conclut à une naissance vers 1783, à Rivière-Pilote ; en effet, on pourrait le penser au vu d'un acte qui indique une Elise, âgée de 24 ans, le 10.10.1807, notée dans la liste des esclaves de l'habitation "La Germon", à Rivière-Pilote ; plus précisément, son nom apparaît dans l'achat d'une habitation qui va être jointe aux autres terres de l'habitation des GERMON de Rivière-Pilote ; cette habitation où sont cultivés le café, le manioc et la banane est achetée par Rémi Eugène GERMOND et son beau-frère, Jean DELORME, mari de Victoire Luce GERMON(D), soeur de Rémi Eugène (notaire CHASTEAUD, de Rivière-Salée). Dans la liste des esclaves, on trouve, effectivement : "Elize 24 ans 3,300 livres ; Louise Rose sa fille de 2 ans 300 livres"

Cependant cette hypothèse doit être écartée, suite à l'analyse des registres d'état civil de la population esclave de Rivière-Pilote qui ont été conservés. Le plus ancien, celui de 1834 indique (acte n 116), la naissance de Thérèse Sévérine, au 02.11.1834 ; l'acte est du 5 et c'est "dame ARTUR du PLESSIS" qui comparaît et qui déclare cette naissance qui a eu lieu sur son habitation (donc, l'habitation Saint Pons) ; la mère est "l'esclave Lise" ; le registre de 1837 indique la naissance de Marie Julie, appartenant aussi à Madame veuve ARTUR du PLESSIS (donc, l'habitation Saint Pons), à la date du 26.11.1837. Or, sa mère est "la câpresse Elise" (acte n 150). De même, dans le registre de l'année 1840, on trouve la naissance d'Eugénie, appartenant à Madame veuve ARTUR du PLESSIS (donc, toujours l'habitation Saint Pons), à la date du 26.04.1840. Or, sa mère est "son esclave Elise" (acte n 43). On verra plus loin que Sévérine de la génération 2 et sa mère Lise ou Elise appartenaient toutes deux à l'habitation Saint Pons. Ces renseignements sont donc tout à fait sûrs. Dans ces conditions, l'Elise de l'habitation GERMON ne peut pas être celle de l'habitation Saint Pons, compte tenu que cela lui ferait environ 57 ans en 1840, ce qui paraît impossible pour la naissance qui est indiquée dans le registre.

Pourtant, le passage des GERMON aux ARTUR du PLESSIS (propriétaires de l'habitation Saint Pons) est certain. Il s'explique par un acte du 18.04.1828 (notaire REYNOIRD, de Fort-Royal) par lequel Louis Charles ARTUR du PLESSIS achète un tiers de l'habitation GERMON et constitue avec les vendeurs une société pour la gestion et l'exploitation de cette propriété. En fait, l'acquisition avait été réalisée le 18.10.1827 par un acte sous seing privé et l'inventaire de cette habitation avait été fait le 26.05.1827 auprès du même notaire REYNOIRD. Malheureusement cet inventaire est absent du minutier. On sait seulement par l'acte du 18.04.1828 qu'il y avait 50 esclaves sur l'habitation. Le tiers d'entre eux est donc passé sous la propriété des du PLESSIS, sans que l'on ait la preuve formelle de la présence de l'esclave Elise dans cette liste.

Le nom d'Elise ne se retrouve ni dans la liste des 12 esclaves vendus avec l'habitation Saint Vincent, le 27.03.1799 (cette habitation étant alors réunie, ainsi que celle de l'Or, avec celle de Saint Pons), ni dans la liste des 56 esclaves du 28.03.1807 de l'habitation Saint Pons, ni dans la liste des 57 "sujets" (61 avec les "enfants à la mamelle") de l'habitation Saint Pons, le 05.10.1817. Enfin, Elise n'est pas non plus présente dans la liste des esclaves de l'habitation Décasse (future habitation Lescouet), le 09.06.1812.

Ce dont on est sûr, c'est qu'elle est encore vivante le 26.04.1840 (naissance de sa fille Eugénie) ; elle est toujours en vie le 16.05.1844 (décès de sa fille Marie Julie : le 15, "la petite câpresse, surnommée Julie, âgée de six ans, fille de la câpresse Elise") ; le registre de la population esclave de Rivière-Pilote de 1844 étant complet et bien tenu, son décès se situe donc entre le 01.01.1845 et le 08.08.1848 car, lors de la constitution de la société de l'habitation Saint Pons (de Rivière-Pilote) entre les agriculteurs de cette habitation (c'est-à-dire ses anciens esclaves, tout de suite après l'abolition de l'esclavage), on trouve dans la liste qui est jointe à l'acte : "Sévérine fille mineure de Lise décédée" ; de même, elle est signalée comme mère décédée de Sévérine, dans le registre d'individualité de Rivière-Salée, le 31.12.1848 (à noter, a contrario, le décès d'une autre Elise, décédée sur "l'habitation du citoyen TOCNAY BRENOY", le 25.08.1848, à Rivière-Pilote, àgée de 49 ans, cultivatrice domiciliée dans la commune, "y née de parents sans état civil") .



Génération 2

- Sévérine (fa Elise) en 1825, à Rivière-Pilote ; esclave sur l'habitation Saint Pons, à Rivière-Pilote, avant 1848 ; inscrite comme "agricultrice" en août 1848 sur l'habitation Saint Pons, à Rivière-Pilote ; elle est domiciliée à Rivière-Salée, en décembre 1848 ; acte du 31.12.1848 où le maire de Rivière-Salée lui donne le nom d'EUZET ; enfants de Jérémie GERMAIN (au moins pour deux qui sont reconnus, Thomas Saint Ange et Marie) ; elle habite au Marin puis à Rivière-Pilote ; elle ne sait pas signer ; + 30.10.1885, "en sa demeure dans les hauteurs de cette commune", à Rivière-Pilote ; elle a alors 60 ans, cultivatrice ; "née et domiciliée en cette commune" ; en présence de "Saint Ange" EUZET, âgé de 36 ans "petit-fils" de la défunte (erreur dans l'acte, puisque Thomas Saint Ange est son fils). L'acte de décès indique aussi que Sévérine est "fille de parents inconnus", alors que l'acte du 31.12.1848 donnait le prénom de sa mère : Elise. Il est possible que, dès cette époque, ce souvenir ait été oublié ; comme on l'a vu, les quelques registres conservés de la population esclave de Rivière-Pilote indiquent qu'elle a probablement eu au moins trois soeurs ( Thérèse Sévérine, née le 02.11.1834, Marie Julie, née le 26.11.1837, décédée le 15.05.1844, et Eugénie, née le 26.04.1840).

Sévérine EUZET décède à 60 ans, le 30.10.1885, à Rivière-Pilote
(photo J.C.E. - avril 2003)

Génération 3

- Thomas Saint Ange EUZET (fs naturel Sévérine EUZET) 27.01.1849, "en la maison du citoyen Jérémie GERMAIN située en cette commune" (Rivière-Pilote) ; déclaré à la mairie de Rivière-Pilote, le 07.03.1849 ; en marge de l'acte, le rappel de la reconnaissance par Jérémie GERMAIN, le 5 janvier 1899 ; père, à 23 ans, d'une fille naturelle avec Emmélie RINTO, le 23.05.1872, à Rivière-Pilote ; x 19.03.1878 Marie Cécile TALOND, à Rivière-Pilote ; cultivateur ; il ne sait pas signer ; + en 1932.

- Marie EUZET (fa naturelle Sévérine EUZET) 30.03.1851, Le Marin ; déclarée le 08.05.1851 ; reconnue par Jérémie GERMAIN, le 02.11.1882, au Marin ; à partir de cette date Marie EUZET devient Marie GERMAIN ; x Bernadin LUDE, le 20.11.1882, au Marin (les publications ont été faites au Marin et à Rivière-Pilote, les 5 et 12 novembre) ; pas de Cm ; elle signe Marie GERMAIN - c'est donc une femme qui est la première de la lignée à savoir signer (aucun autre membre de la fratrie EUZET ne sait encore signer) - ; ses parents sont présents à son mariage et son frère, Thomas Saint Ange EUZET, est l'un des quatre témoins ; elle est veuve de Bernadin LUDE quand, le 10.11.1904, sa nièce Rose EUZET décède chez elle, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët située en cette commune", à Rivière-Pilote

La signature de Marie
(le 20.11.1882)

- Armand Germain EUZEDE (fs naturel Sévérine EUZEDE) 11.10.1853, "en sa demeure sise aux hauteurs de cette commune" (Le Marin), déclaré à la mairie du Marin le 10.11.1853 ; x Florence BRISCAN, le 19.06.1880, à Rivière-Pilote, en présence de Saint Ange Thomas EUZEDE, frère de l'époux ; domicilié à Rivière-Pilote ; il ne sait pas signer.

- Jules EUZET (fs naturel Sévérine EUZET ) 19.10.1855, "en sa demeure sise sur l'habitation Germain située en cette commune" (Le Marin), déclaré à la mairie du Marin le 21.11.1855 ; x Marie Magdeleine VALIDE, le 20.01.1891, à Rivière-Pilote ; cultivateur ; il ne sait pas signer ; domicilié à Rivière-Pilote ; témoin : Saint Ange EUZET, frère de l'époux ; il est bénéficiaire d'un secours de 20 francs, en 1912 (liste des secours aux indigents dans les Comptes des recettes et des dépenses de la Martinique).

- Joseph Valérien EUZET (fs naturel Sévérine EUZET) - dans les actes de Rivière-Pilote, son 2ème prénom est toujours écrit Valéry ; 13.05.1859 "dans sa demeure sise à la Vierge" (Le Marin) ; le 12.12.1898, il reconnaît huit enfants, la mère étant Marie Elisabeth FIDELE, dénommée TOUSSINE. Il s'agit de Rose, Joseph Polycarpe, Noëlla Anthémise, Joseph Pascal, Marthe Eléonore, Maximilien, Jean Avit et Rachel, tous nés à Rivière-Pilote ; il a alors 38 ans ; un contrôle fait pour la première, Rose, née en 1883 a montré que la mère est alors servante et la naissance a lieu "en sa demeure sur l'habitation Escouët ; il ne sait pas signer ; x Alexandrine Florence MAGNUS, le 02.07.1921, au Marin (mention en marge de l'acte de naissance de Joseph Valérien et en marge de celui d'Alexandrine Florence MAGNUS, au Marin).

Le Marin
(source : "Le portail des villes et communes de France")



Génération 4

- Marie Horacia EUZET (fa naturelle et reconnue Thomas Saint Ange et dlle Emmélie RINTO) 23.05.1872, "en leur demeure", à Rivière-Pilote ; déclarée le 01.07.1872 ; + 08.06.1896, à Rivière-Pilote ; déclarée le 09.06.1896 ;

- Laure Marie Cécile EUZET (fa Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 16.05.1878, en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclarée le 25.06.1878 ; c'est certainement elle qui fait sa première communion, le 16.10.1892, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote (elle est simplement indiquée par le curé en tant que "Marie EUZET") ; cultivatrice (en 1899-1900) ; sans profession (en 1904) ; elle ne sait pas signer.

- Thomas
Alexandre EUZET (fs Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 06.02.1880, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclaré le 08.03.1880 ; il fait sa confirmation (des voeux du baptême), en mai 1896, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote ; il est exempté du service militaire, en 1900 (cependant, il lui est initialement décerné le numéro matricule 62 - ce numéro est réattribué dans l'état signalétique et des services) ; il a un enfant naturel de Laure "Brune" CRIFAR (Luce ATOUILLANT née CRIFAR, le 17.10.1904) ; il a un enfant naturel d'Agnès Pamphile SALOMON, surnommée "Julienne", le 07.11.1905, à Rivière-Pilote, appelée Edvige Firma, qu'il reconnaît le 28.05.1906 ; x1 Bernadine PÉROU, le 29.05.1906, à Rivière-Pilote ("nous sommes rendu en sa demeure, sise dans les hauteurs de cette comune au lieu dit le Saint Vincent dans une salle où le public a un libre accès") ; il signe ;

La signature de Thomas

cultivateur à Rivière-Pilote ; le 29.04.1908, il achète une terre à Rivière-Pilote à Henry GUITTEAUD et Philomène OZIER LAFONTAINE, son épouse : "cette portion de terre de la contenance de quatre seize ares quatre vingt quatorze centiares à prendre et détacher d'une portion plus considérable que la venderesse possède en la commune de la Rivière-Pilote", pour le prix de 450 francs ; dans cet acte, le patronyme de Thomas est écrit UZET (notaire au Marin, Jules Albert Hilaire TRENELLE : microfilm 975 aux Archives nationales) ; x2 Marie LOUIS-MARIE, le 23.08.1932, à Rivière-Pilote (mention en marge de son acte de naissance sur le registre de la mairie, à Rivière-Pilote - mention absente sur le registre en ligne des AD) ; il n'est pas fait de contrat de mariage ; le Journal officiel de la Martinique du 22.12.1934 indique qu'il fait partie, comme ouvrier, du Syndicat des planteurs et ouvriers agricoles et, plus particulièrement, de l'Union agricole, à Rivière-Pilote (arrêté du 14.12.1934 portant convocation du collège électoral de la commission du Travail et de l'Agriculture) ; il est désigné par le Conseil général (dans sa séance du 30.11.1934) parmi les personnes susceptibles de constituer le jury d'expropriation pour cause d'utilité publique ; voir BEAUREGARD pour le récit qui est fait dans le livre de Jean-Pierre OCTAVIUS : "La vierge et le bandit" (avant le 30.09.1949) ; conseiller municipal de ? à ?, à Rivière-Pilote ; + 06.02.1968, à Rivière-Pilote (mention en marge de son acte de naissance sur le registre de la mairie, à Rivière-Pilote - mention absente sur le registre en ligne des AD - le jour et le mois du décès, identiques à ceux de sa naissance, ont été confirmés par la famille)

Thomas EUZET, que la famille appelle "Papa Thomas"
(archives de Mme Flora GERMAIN)

- Gérard François EUZET (fs Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 03.02.1882, "en sa demeure sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; b 29.04.1882, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote ; acte n 71 ; p : Hermann Germain EUSEBE (qui ne sait pas signer) ; m : Julienne CLAIRE (qui signe) ; il fait sa première communion, le 07.06.1897 et sa confirmation, le 08.05.1899, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote ; la descendance est en Guyane (voir : "Les EUZET de Guyane") ; + 03.07.1962, à Cayenne (973).

- Léon EUZET (fs Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 15.05.1884, "en sa demeure sise dans les hauteurs de cette commune", à Rivière-Pilote ; déclaré le 09.06.1884 ; + 24.09.1884, "en la demeure de ses père et mère, sise en cette commune sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote

- Léon Jean Baptiste EUZET (fs Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 30.07.1885, "en sa demeure sise en cette commune sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclaré le 31.08.1885 ; + 05.03.1946, à Fort-de-France.

- Paul François EUZET (fs Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 28.10.1887 (à 9 H du matin), "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclaré le 28.11.1887 ; b 28.01.1888, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote ; acte n 12 ; p : Pierre Paul ? (qui ne sait pas signer) ; m : Adolpha ? ; (qui ne sait pas signer) ; + 20.08.1891, à Rivière-Pilote, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", âgé de 3 ans et 10 mois ; déclaré le 20.08.1891 ; le Journal Officiel de la République Française du 30.09.1891 indique qu'il fut l'une des 413 victimes du cyclone du 18.08.1891, en Martinique (liste établie, pour chaque commune, par le gouverneur de la colonie, le 01.09.1891)

- Pauline Françoise EUZET (fa Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 28.10.1887 (à 9 H 30 du matin), "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët, à Rivière-Pilote ; déclarée le 28.11.1887 ; à Rivière-Pilote ; b 28.01.1888, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote ; acte n 13 ; p : Pierre Paul ? (qui ne sait pas signer) ; m : Léonie HONORINE (qui ne sait pas signer) ; + 11.04.1896, à Rivière-Pilote ; déclarée le 11.04.1896 par Jules EUZET, oncle de l'enfant, âgé de 8 ans

- Joseph Romuald EUZET (fs Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 05.03.1890, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclaré le 08.04.1890, en présence de Jules EUZET, oncle de l'enfant ; maçon à Rivière-Pilote ; dossier militaire : matricule 2762, classe de mobilisation 1910 ; taille : 1,74 m. ; cordonnier ; réformé n 2 par la commission de réforme de la Martinique, réunie le 26.03.1916 ; + 05.05.1962, à Fort-de-France (mention en marge de son acte de naissance, sur le registre de la mairie, à Rivière-Pilote, et sur le registre en ligne des AD)

La signature de Romuald

- Jeanne Aline EUZET (fa Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 13.04.1892, né en cette commune, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclaré le 17.05.1892 ; + 11.10.1898, âgée de 6 ans et 5 mois, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët"

- Constance EUZET (fa Thomas Saint Ange et Marie Cécile TALOND) 25.06.1896, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclarée le 25.07.1896 ; le Journal officiel de la Martinique du 01.12.1934 indique qu'elle est électrice consulaire, 2ème catégorie, pour Rivière-Pilote (arrêté fixant par catégories la liste des électeurs consulaires pour 1934-1935).


- Constance Athénaïs EUZÈDE (fa Armand Germain et Florence BRISCAN, surnommée Lozeille) 05.06.1881, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclarée le 04.07.1881, en présence de Thomas Saint Ange EUZÈDE, oncle paternel de l'enfant ; elle fait sa première communion, le 23.08.1893, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote (elle est indiquée par le curé comme "Athénaïs UZET") ; + 03.09.1946, à Rivière-Pilote (mention du décès en marge de l'acte de naissance sur le registre de la mairie de Rivière-Pilote mais qui ne se retrouve pas sur le registre en ligne des AD).

- Florent EUZÈBE (fs Armand Germain et Florence BRISCAN, surnommée Lozeille) 30.11.1883, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclaré le 07.12.1883 ; dossier militaire : classe 1903 ; matricule 649, il réside à Rivière-Pilote ; cheveux noirs crépus, yeux marrons foncés, visage ovale, les grandes lèvres minces, tout noir, 1,63 m, cicatrices aux index des deux mains ; degré d'instruction A, inscrit sous le numéro 92 de la liste du canton de Marin ; incorporé à la Compagnie de la Martinique, le 17.07.1915 ; réformé n 2 par la commission de réforme de Fort-de-France, le 10.08.1915 ; réformé n 2 par la commission de réforme de la Martinique, loi du 06.03.1916, séance du 26.03.1916 ; il a un enfant naturel de Gabrielle BASILE (Lucie, surnommée Eva, née le 19.07.1911, selon une information de Mme S. DORDONNE) ; x Colette FORTUNÉ, le 08.05.1930, à Rivière-Pilote ; + 03.05.1960, à Rivière-Pilote (mentions du mariage et du décès en marge de l'acte de naissance sur le registre de la mairie de Rivière-Pilote mais qui ne se retrouvent pas sur le registre en ligne des AD).

- Marcel EUZÈDE (fs Armand Germain et Florence BRISCAN, surnommée Lozeille) 16.01.1886, en sa demeure dans les hauteurs de cette commune sise sur l'habitation "Escouët", à Rivière-Pilote ; déclaré le 16.02.1886 ; b 15.06.1886, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote ; acte n 119 ; p : Thomas EUSÈBE (il s'agit de Thomas Saint Ange EUZET, oncle de Marcel, qui ne sait pas signer) ; m : Stéphanie LAN ? (qui ne sait pas signer) ; Marcel est dit fils légitime d'Armand Germain EUSÈBE et de Florence LOZEILLE BRISCAN" ; il fait sa première communion, le 12.06.1900, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote.

- Rose EUZÈBE (fa Armand Germain et Florence BRISCAN, surnommée Lozeille) 17.07.1888, en sa demeure sise sur l'habitation "Escouët", à Rivière-Pilote ; déclarée le 16.08.1888 ; b 31.12.1888, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote ; acte n 269 ; p : Pierre Marie SMITH ; m : Marie THOME (ou THOMES) ; le p et la m signent ; l'acte indique le 15 juillet pour la naissance et la mère est dite "Florence BRISCAN née LOSEILLE", quant au patronyme, il est écrit EUZÈDE (ces actes de baptême sont encore plus déclaratifs que les actes de naissance et donc plus sujets à erreurs).

- Aman EUZÈDE (fs Armand Germain et Florence BRISCAN, surnommée Lozeille) 12.02.1891, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët", à Rivière-Pilote ; déclaré le 17.03.1891 ; dossier militaire, en 1911 : cordonnier ; résidant à Rivière-Pilote ; il est dit fils d'Armand Germain EUZÈDE et de Florence LOZEILLE (qui est, en fait, le surnom de sa mère) ; 1,57 m ; incorporé comme jeune soldat de la classe 1911 à la Compagnie de la Martinique, le 14.06.1915 ; "embarqué pour France sur Samara", le 24.06.1915 ; affecté au 3ème RIC le dit jour ; passé au 22ème RIC, le 29.07.1915 ; passé à la 22ème Compagnie, le 16.06.1916 ; passé au dépôt de la 21ème Brigade coloniale à Salonique, le 10.10.1916 ; passé au 24ème RIC, le 31.01.1918 ; passé au 53ème RIC, le 30.04.1918 ; "rapatrié par Puerto Rico", le 03.02.1919 ; mis en congé illimité, le 04.03.1919 ; il se retire à Rivière-Pilote ; x Raymonde ROLLIER surnommée Léonie, le 18.04.1914, à Rivière-Pilote ; il est titulaire de la "médaille commémorative de Serbie de la Grande Guerre 1914-1918", délivrée le 15.05.1932 ; + 19.09.1932, à Rivière-Pilote (mention du mariage en marge de l'acte de naissance sur le registre en ligne des AD mais qui ne se retrouve pas sur le registre de la mairie de Rivière-Pilote ; mention du décès en marge de l'acte de naissance sur le registre de la mairie de Rivière-Pilote mais qui ne se retrouve pas sur le registre en ligne des AD ; confirmé pour l'année du décès dans le dossier militaire mais à la date du 19.11.1932).

- Euphémie EUZÈDE (fa Armand Germain et Florence BRISCAN, surnommée Lozeille) 15.09.1893, à Rivière-Pilote ; déclarée le 21.10.1893, "en sa demeure sise sur les hauteurs de cette commune", en présence de Jules EUZET, oncle de l'enfant.

- Romain EUZÈBE (fs Armand Germain et Florence BRISCAN, dénommée Lozeille) 12.11.1896, "en sa demeure sise sur les hauteurs de cette commune" ; déclaré le 16.12.1896 ; il fait sa première communion, le 24.08.1910, à l'église Notre-Dame du Bon secours, à Rivière-Pilote (le curé a écrit son nom sous la forme EUZET) ; x Agnès AZIER, le 13.01.1934, à Rivière-Pilote ; + 26.03.1973, à Fort-de-France (mention du mariage en marge de l'acte de naissance sur le registre de la mairie de Rivière-Pilote mais qui ne se retrouve pas sur le registre en ligne des AD ; mention du décès en marge de l'acte de naissance sur le registre de la mairie de Rivière-Pilote et sur le registre en ligne des AD)

- Médard EUZÈDE (fs Armand Germain et Florence BRISCAN, dénommée Lozeille) 10.06.1900, "sur l'habitation Escouët, à Rivière-Pilote ; déclaré le 10.07.1900 ; classe 1920 ; la table alphabétique des dossiers militaires pour 1920 indique que son matricule est le 722 mais la page correspondante du registre (de l'état signalétique et des services) est manquante.


- Gertrude EUZET (fa Jules et Magdelaine VALIDE) 15.12.1891, "en sa demeure sur les hauteurs de cette commune", à Rivière-Pilote ; + 06.01.1898, "dans les hauteurs de cette commune", à Rivière-Pilote ; déclaré le 07.01.1898, par Saint Ange EUZET, oncle de la défunte et Jules EUZET, pére de la défunte.

- Julienne EUZET (fa Jules et Magdelaine VALIDE) 21.08.1893, à Rivière-Pilote ; déclarée le 21.09.1893.

- Enfant sans vie EUZET (fa Jules et Magdelaine VALIDE) et + 30.04.1895, à Rivière-Pilote ; déclaré le 01.05.1895, par Saint Ange EUZET, oncle de l'enfant, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët"

- Marie EUZET (fa Jules et Magdelaine VALIDE) 09.04.1896, à Rivière-Pilote ; déclarée le 21.05.1896

- Clovis EUZET (fs Jules et Magdelaine VALIDE) 19.08.1898, "sur les hauteurs de cette commune", à Rivière-Pilote ; dossier militaire, en 1918 : cheveux noirs frisés, yeux marrons, visage ovale, front fuyant, nez cave, 1,58 m, taille rectifiée 1,65 m ; il réside à Rivière-Pilote, "Grande Rivière" ; cultivateur ; inscrit sous le n 197 de la liste du canton de Marin ; exempté dans la liste de 1917 ; classé dans la 5ème partie de la liste de 1918 ; ajourné par le Conseil de révision de la Martinique dans sa séance du 05.03.1918 ; maintenu ajourné dans la séance du 21.10.1918 et dans celle du 24.06.1920 ; exempté par le Conseil de révision dans sa séance du 09.03.1921.

- Nazaire EUZET (fs Jules et Magdelaine VALIDE) 18.01.1901, "sur les hauteurs de cette commune", à Rivière-Pilote ; dossier militaire en 1921 : cheveux noirs, yeux marrons, 1,68 m ; résidant à Rivière-Pilote, "Saint Vincent" ; cultivateur ; ajourné par le Conseil de révision dans sa séance du 09.03.1921 ; revu par le Conseil de révision, le 09.03.1922 ; incorporé à la Compagnie d'infanterie coloniale de la Martinique, à compter du 01.05.1922 ; arrivé au corps comme soldat de 2ème classe, le 08.05.1922 ; envoyé en congé sans solde comme excédent d'effectif, le 10.05.1922 ; placé dans la disponibilité en attendant son passage dans la réserve ; il se retire à Rivière-Pilote, "Saint Vincent" ; passé dans la disponibilité le 10.11.1924, il est affecté à la Compagnie d'infanterie coloniale de la Martinique ; x Magdelaine CHANTELLY, le 26.04.1926, à (La) Trinité ; le Journal officiel de la Martinique du 01.12.1934 indique qu'il est électeur consulaire, 3ème catégorie, pour (La) Trinité (arrêté fixant par catégories la liste des électeurs consulaires pour 1934-1935) ; + 04.12.1941, à (La) Trinité.

- Mélanie EUZET (fa Jules et Magdelaine VALIDE) 02.04.1904, à Rivière-Pilote ; déclarée le 04.05.1904, à Rivière-Pilote, "en leur demeure sise sur les hauteurs de cette commune".

- Clémence EUZET (fa Jules et Magdelaine VALIDE) 21.09.1907 (acte du 24.10), à Rivière-Pilote, "lieu dit Saint Vincent" ; + 08.08.1986, au Lamentin (le reste, confidentiel).


- Rose EUZET (fa Joseph Valéry et Marie Elisabeth FIDELE, surnommée Toussine) 27.05.1883, déclarée le 27.06.1883, "en sa demeure sise sur l'habitation Escouët située en cette commune", à Rivière-Pilote, par sa mère qui est servante ; reconnue par Joseph Valéry EUZET, le 12.12.1898 ; + 10.11.1904, "dans la maison de dame veuve Bernadin LUDE, sa tante" ; elle est sans profession et célibataire quand elle décède ; l'un des deux déclarants est Thomas EUZET, son cousin, qui signe.

- Joseph Polycarpe EUZET (fs Joseph Valéry et Marie Elisabeth FIDELE, surnommée Toussine) 17.04.1885, à Rivière-Pilote ; déclaré le 19.05.1885, par sa mère ; reconnu par Joseph Valéry EUZET, le 12.12.1898 ; 1x Jeanne LOUIS MARIE, le 18.06.1917, à Rivière-Pilote ; 2x (confidentiel) : + 19.01.1950, à Rivière-Pilote. (information des deux mariages et du décès, en marge de l'acte de naissance).

- Noëlla Arthémise EUZET (fa Joseph Valéry et Marie Elisabeth FIDELE, surnommée Toussine) 28.01.1887, à Rivière-Pilote ; déclarée le 05.03.1887 "en sa demeure (celle de sa mère qui fait la déclaration) sise dans les hauteurs de cette commune sur l'habitation Guitteaud" ; reconnue par Joseph Valéry EUZET, le 12.12.1898 ; elle fait sa confirmation, le 20.05.1901, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote (le curé écrit son nom EUSÈBE) ; elle se marie, le 28.11.1911, à Rivière-Pilote, avec Donatien JORISSE ; + 09.04.1952, à Rivière-Pilote (le mariage et le décès sont indiqués en marge de l'acte de naissance).

- Joseph Pascal EUZET (fs Joseph Valéry et Marie Elisabeth FIDELE, surnommée Toussine) 16.06.1889, à Rivière-Pilote ; déclaré le 23.07.1889, par sa mère ; b 19.10.1889, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote ; acte n 208 ; p : M. GASTON (sans plus de précisions) ; m : Mme PETIT (sans plus de précisions) ; personne ne sait signer ; il est dit, fils de "Toussine FIDÈLE" et le b est inscrit comme celui de "Joseph FIDÈLE", né le 16 juin ; reconnu par Joseph Valéry EUZET, le 12.12.1898.

- Marthe Eléonore EUZET (fa Joseph Valéry et Marie Elisabeth FIDELE, surnommée Toussine) 20.04.1892, à Rivière-Pilote ; déclarée le 17.05.1892, par sa mère ; reconnue par Joseph Valéry EUZET, le 12.12.1898

- Maximilien EUZET (fs Joseph Valéry et Marie Elisabeth FIDELE, surnommée Toussine) 16.12.1893, à Rivière-Pilote ; déclaré le 16.01.1894, par sa mère ; reconnu par Joseph Valéry EUZET, le 12.12.1898 ; dossier militaire : classe 1913 ; inscrit sous le numéro 78 de la liste du canton de Marin ; matricule 717 ; 1,67 m ; cultivateur ; incorporé à la Compagnie de la Martinique, le 01.07.1915 ; "embarqué le 12 juillet 1915 à destination de France" ; arrivé au corps, le 04.08.1915 ; passé au 63ème régiment d'infanterie (RI), le 09.07.1915 ; passé au 61ème RI, le 09.07.1916 ; rapatrié le 02.02.1917 ; placé dans la position de congé illimité, à compter du 04.03.1917 ; il se retire à Rivière-Pilote ; affecté dans la réserve à la Compagnie de la Martinique ; + 20.10.1917, à Rivière-Pilote.

- Jean Avit EUZET (fs Joseph Valéry et Marie Elisabeth FIDELE, surnommée Toussine) 25.02.1896, à Rivière-Pilote ; déclaré le 30.03.1896, par sa mère ; reconnu par Joseph Valéry EUZET, le 12.12.1898 ; dossier militaire : classe 1916 ; cheveux noirs crépus, yeux marrons foncés, front vertical, nez cave, visage rond, bouche moyenne, lèvres épaisses, teint mulâtre, 1,61 m, une longue cicatrice sur la branche droite du maxillaire inférieur ; inscrit sous le numéro 94 de la liste du canton du Marin ; matricule 354 ; incorporé à la Compagnie de la Martinique, le 05.06.1915 ; "embarqué pour France le 23 juin 1915 sur le Samara" ; soutien de famille ; classé service auxiliaire à Bordeaux ; rapatrié par le Niagara, le 29.10.1915 ; réformé par la Commission de réforme de la Martinique, selon la loi du 06.03.1916 ; + 01.05.1921, à Rivière-Pilote

- Rachel EUZET (fa Joseph Valéry et Marie Elisabeth FIDELE, surnommée Toussine) 08.02.1898, à Rivière-Pilote ; déclarée le 16.03.1898, par sa mère ; reconnue par Joseph Valéry EUZET, le 12.12.1898 ; x (confidentiel) + 05.01.1992, au François (information du mariage en marge de l'acte de naissance).

- Raymonde EUZET (fa Joseph Valéry et Marie Elisabeth FIDELE, surnommée Toussine) 14.09.1901, à Rivière-Pilote ; déclarée le 14.10.1901 ; la déclaration est faite conjointement par les deux parents, Joseph Valéry EUZET et "Toussine FIDÈLE", tous deux cultivateurs, la naissance ayant eu lieu "en leur demeure sise dans les hauteurs de cette commune" ; la mère est ici indiquée uniquement par son surnom qu'elle a dû, elle-même, donner à l'officier d'état civil ; + 19.06.1993, à Fort-de-France.


Génération 5

- Jacques Philippe EUZET (fs naturel Marie Horacia) 13.05.1896, à Rivière-Pilote ; déclaré le 17.06.1896 par Emmélie RINTO, grand-mère de l'enfant qui a assisté à l'accouchement, "en sa demeure sise sur les hauteurs de cette commune" ; dossier militaire : classe 1916 ; sa feuille est rayée mais il est indiqué que c'est rayé à tort ; inscrit sous le n 95 de la liste du Marin ; exempté, le 01.05.1915 ; réformé n 2 par la commission spéciale de réforme de Fort-de-France, séance du 26.06.1917 ; + 26.11.1942, au Marin (mention du décès en marge de l'acte de naissance sur le registre de la mairie de Rivière-Pilote mais qui ne se retrouve pas sur le registre en ligne des AD ; la date et le lieu du décès sont aussi indiqués dans son dossier militaire).


- Nicolas EUZET (fs naturel Laure Marie Cécile) 17.12.1899, à Rivière-Pilote ; déclaré le 22.01.1900, "en la demeure de son père sise en cette commune sur l'habitation Escouët" ; il fait sa première communion, le 15.09.1909, à l'église Notre-Dame du Bon secours, de Rivière-Pilote.

- Bernadine EUZET (fa naturelle Laure Marie Cécile) 19.09.1904, à Rivière-Pilote, "en sa demeure sise en ce bourg".


- Luce ATOUILLANT née CRIFAR (fa naturelle Laure CRIFAR, surnommée Brune, et Thomas Alexandre) 17.10.1904 (acte du 22.11.1904), à Rivière-Pilote, "en sa demeure sise dans les hauteurs de cette commune sur l'habitation "Escouët" ; reconnue et légitimée par le mariage de Laure CRIFAR et de François ATOUILLANT, le 24.09.1912, à Rivière-Pilote (mention en marge de l'acte de naissance) ; + 20.08.1981, à Rivière-Pilote (mention en marge de l'acte de naissance) ; (l'information de la filiation paternelle et du surnom se trouve sur le site de Mme S. DORDONNE)

- Edwige Firma EUZET (fa naturelle Agnès Pamphile SALOMON, surnommée Julienne, et Thomas Alexandre EUZET) 07.11.1905, à Rivière-Pilote et présentée à l'état civil le 07.12.1905 ; reconnue par Thomas Alexandre EUZET, le 28.05.1906 ; x Marcel-Joseph DEGRAS, le 25.06.1927, à Rivière-Pilote (selon le site de M. Jean-Christophe DEGRAS, sur Geneanet) ; + 24.01.1992, à Fort-de-France.

- Un enfant sans vie EUZET (fs ou fa Thomas Alexandre et Bernadine PEROU) et + 10.07.1906, à Rivière-Pilote, "au lieu dit saint Vincent" ; François EUZET, oncle de l'enfant est présent.

- Clément Cécile EUZET, surnommé Manot (fs Thomas Alexandre et Bernadine PEROU) 23.11.1907, à Rivière-Pilote (acte du 21.12), en sa demeure sur les hauteurs de cette commune, lieu dit Saint Vincent" ; x Marcelle Félide RINNA ; + 20.06.1979, à Rivière-Pilote

Clément EUZET
(archives de Mme Flora GERMAIN)

- Emilie EUZET (fa Thomas Alexandre et Bernadine PEROU) 02.06.1911 ; l'information du jour et du mois de naissance sur le site Geneanet de M. Casimir FILIN)

- Suzanne Denise EUZET (fa Thomas Alexandre et Bernadine PEROU) ca 1916 ; (+) 01.08.2012, à Fonds-Saint-Denis

- Marie EUZET (fa Thomas Alexandre et Bernadine PEROU) 15.08.1919, à Fort-de-France ; + 02.10.2002, au Marin

- Edvar EUZET (fs Thomas Alexandre et Bernadine PEROU) ca 1920 ?

- Laurence EUZET (fa Thomas Alexandre et Bernadine PEROU) ca 1921 ?


- Thérèse Juliette (fa Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 26.10.1923, au domicile de sa mère au lieu dit Le Saint Vincent, à Rivière-Pilote ; l'acte est du 03.12.1923, date où elle est reconnue par sa mère ; elle s'appelle donc LOUIS-MARIE à la naissance ; elle est reconnue par Thomas Alexandre EUZET, le 22.08.1932 et prend alors le nom d'EUZET ; elle est légitimée par le mariage de ses parents qui a lieu le 23.08.1932 ; + 24.12.2000, au Marin

- Arthur Nicaise Raphaël, surnommé Nico (fs Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 06.10.1924, à Rivière-Pilote ; + en 2004, à Rivière-Pilote (information du décès et du deuxième prénom sur le site Geneanet de M. Casimir FILIN)

- Victor Olympe (fs Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 01.01.1926, à Rivière-Pilote

- Marcelle Odette (fa Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 01.02.1927, à Rivière-Pilote ; + 06.05.1993, à Rivière-Pilote

- Théodose, surnommée Mionette (fa Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 15.07.1928, à Rivière-Pilote ; + 07.03.2012, à Rivière-Pilote (information du décès par M. Casimir FILIN) ; (+) 10.03.2012, à Rivière-Pilote

- Ruffine Fanny (fa Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 14.06.1929, à Rivière-Pilote ; + 24.04.1998, à Fort-de-France

- Théodose Véronique (fa Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 11.01.1931, à Rivière-Pilote ; + 01.07.1986, à l'hôpital du Marin

- Saint Ange Anne (fs Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 26.07.1932, à Rivière-Pilote ; + 17.07.1978, à Le Lamentin (Martinique) ; information du décès par M. Casimir FILIN.

- Hortense Hilaire (fa Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 13.01.1934, à Rivière-Pilote ; + 06.06.1934, à Rivière-Pilote

- Bernadette Bernadine surnommée Arlette (fa Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 11.06.1935, à Rivière-Pilote

Deux représentants de la 5ème génération, le 03.04.2016, à Ravine-Braie : Louis et Arlette EUZET,
avec Jean-Claude EUZET (à droite), "invité d'honneur" pour la fête organisée en l'honneur
de "Papa Thomas" (dont on voit la photo, sur l'écran), ses ascendants et ses descendants
(photo R.M.E.)

- Vincent Paul (fs Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 19.07.1937, à Rivière-Pilote ; + le ?

- Charlotte Sylvie (fa Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 04.11.1939, à Rivière-Pilote ; + 19.11.1980, à Bobigny (93)

- Timoléon Louis (fs Thomas Alexandre et Marie LOUIS-MARIE) 19.12.1941, à Rivière-Pilote


- Lucie EUZEBE, surnommée Eva (fa Florent et Gabrielle BASILE) 19.07.1911, à Rivière-Pilote, habitation Escouet ; + 18.09.1971, à ? (informations par Mme S. DORDONNE)

- Julie EUZET (confidentiel)


- Claire Victoire (fa Joseph Polycarpe et Jeanne LOUIS-MARIE) 16.08.1919, au domicile de ses parents sis "au lieu dit Le Chevalier", à Rivière-Pilote ; + 09.07.1996, au Lamentin

- Alexandre (fs Joseph Polycarpe et Jeanne LOUIS-MARIE) 14.02.1923, à Rivière-Pilote ; + 20.09.1930, à Rivière-Pilote. (information de la filiation, de la naissance et du décès sur le site Geneanet de M. Casimir FILIN)

- Pierrette (fa Joseph Polycarpe et Jeanne LOUIS-MARIE) 05.05.1935, à Rivière-Pilote (information de la filiation et de la naissance sur le site Geneanet de M. Casimir FILIN)


- Marthe Ninotte 29.07.1926, à Rivière-Pilote ; + 14.05.1996, au François

- Lazare Emmanuel 03.09.1935, à Rivière-Pilote ; + 18.06.1999, à Rivière-Pilote

- Emilie (confidentiel)

- Richard (confidentiel)

- Georges (confidentiel)

- Georgette ca 1926 ; (+) 19.12.2012, à (La) Trinité (le reste, confidentiel)

- Renée (confidentiel)

- Marie-Louise (confidentiel)

- Henriette (confidentiel)

- Hubert en 1921 ; classe d'incorporation en 1941, matricule 1493 (le reste, confidentiel)

- Edward Thérèse en 1909 ; classe d'incorporation en 1929, matricule 1272 (le reste, confidentiel)


Génération 6

Des représentants de la 6ème génération, le 03.04.2016, à Ravine-Braie (à Rivière-Pilote)
Devant, en robe jaune et violette, Mme Flora GERMAIN,
organisatrice de la soirée en l'honneur de "Papa Thomas", de ses ascendants et descendants
(photo R.M.E.)


- Manotte Celestine Yve (confidentiel) ; + 23.02.1996, à Fort-de-France

- Antoine Claude (fs Saint-Ange Anne) ; + 16.03.1994, à Paris, 20ème arrondissement (le reste, confidentiel) ; il est agent de surveillance à la ville de Paris quand il décède et habite 21, rue Le Vau, Paris (20ème arrondissement).

- Francette (confidentiel)

- Frantz (confidentiel)

- Françoise (confidentiel)

- Genevieve Augustine (confidentiel) ; + 05.05.2003, à Fort-de-France

- Suzie (confidentiel) Information de M. Casimir FILIN.

- Nadiège (confidentiel)

- Lucette (confidentiel)

- Mireille (confidentiel)

- Marcel (confidentiel)

- Mirette (confidentiel)

- Jean-Marc (confidentiel)

- Francis (confidentiel)

- Flora (confidentiel)


Les paysages-jardins de Ravine-Braie
(photo R.M.E. du 02.04.2016)

- Emmanuel surnommé Manot (confidentiel)

- Simone (confidentiel)

- Jeannette (confidentiel)


Génération 7

Des représentantes de la 7ème génération, le 03.04.2016, à Ravine-Braie (à Rivière-Pilote), avec
Jean-Claude EUZET qui a présenté les résultats de son étude sur la lignée des EUZET de Martinique
(photo R.M.E.)


- Fatia (confidentiel)

- Ludivine (confidentiel)

- Sébastien (confidentiel)

- Marlise (confidentiel)

- Valérie (confidentiel)

- Wilfrid (+) 12.03.2012, à Rivière-Pilote


Génération 8

Des représentants de la 8ème génération, le 03.04.2016,
à Ravine-Braie (à Rivière-Pilote)
(photo R.M.E.)


(confidentiel)


Génération 9

(confidentiel)




La Martinique et l'Hérault au coude coude

La descendance de Sévérine EUZET est importante puisque, selon le site Internet http://www.cartedefrance.tm.fr, entre 1891 et 1915, sur 74 EUZET nés en France, il y en avait 11 en Martinique, ce qui faisait arriver ce département en deuxième position derrière l'Hérault qui en avait tout de même 52. De plus, ce chiffre est en dessous de la réalité selon nos propres statistiques, puisque rien qu'entre 1891 et 1903, nous avons déjà décompté 11 naissances dont un mort-né et nous savons qu'il y a eu d'autres naissances dans les années qui ont suivi.

Rien de surprenant donc à ce que, toujours selon ce même site, entre 1916 et 1940, la Martinique passe en tête avec 45 naissances sur 95 (l'Hérault n'en avait plus que 29) ; Même si ce chiffre est probablement lui-même en dessous de la réalité, il montre bien la progression très importante.

Entre 1941 et 1965, sur les 118 EUZET nés en France, la Martinique était à égalité avec l'Hérault : 34 pour chacun.

Cet équilibre a été rompu entre 1966 et 1990, la Martinique étant en tête avec 42 naissances contre 39 à l'Hérault et 10 au Val d'Oise, sur un total de 150 pour la France entière.

Si on veut être complet, il faut certainement faire attention aux modifications du nom, comme en France métropolitaine. Ainsi, la Martinique a enregistré la naissance d'un UZET à Rivière-Pilote, entre 1916 et 1940, probablement une nouvelle forme de déformation du nom susceptible de créer une branche autonome. A noter, d'ailleurs, un acte notarié du 29.04.1908 dans lequel le patronyme de Thomas EUZET est orthographié sous la forme UZET. Nous avons également constaté une autre déformation, orale celle-là. En effet, dans nos discussions d'avril 2003, une personne nous a indiqué avoir traité jadis avec l'avocat Elie EUZET. Pendant longtemps, nous avons cherché à savoir qui était cet avocat mais les minutes notariales du notaire Jules Albert Hilaire TRENELLE (du Marin) nous ont apporté la solution. En effet, un acte de juin 1909 est une vente à Louis Casimir Henri Elie AUZÉ, avocat-avoué de Fort-de-France, et dans un acte d'octobre 1909 du même notaire, Henri AUZÉ, avocat-avoué demeurant à Fort-de-France, est mandataire d'une donation. Nous retrouvons donc ici le même type de déformations constatées fréquemment sur Montpellier, surtout avant 1789. Antérieurement, cette famille AUZÉ se retrouve dans la liste des propriétaires d'esclaves en 1848 (livre d'Oruno D. LARA et Inez FISHER-BLANCHET, en 2013, chez L'Harmattan) : AUZE Elie Marie Joseph, à la page 190 et ÉLIE AUZÉ, à la page 320 (probablement, la même personne).

Il faut, d'ailleurs, rester attentif aux homonymes, héritiers de la langue d'oïl, présents sur l'île en 1848. C'est ainsi qu'une publicité parue dans le Journal officiel de la Martinique du 15.01.1848 indique la présence (à Saint-Pierre ?) de vendeurs de calicots, toiles, mouchoirs et autres chemises, appelés "HEUZÉ frères".

Les statistiques du site montrent enfin que Rivière Pilote est la localité de France où il y a eu le plus de naissances de EUZET entre 1891 et 1915. On voit donc la puissance de cette lignée par rapport aux autres départements, le seul important étant l'Hérault, ce qui montre bien d'où vient le nom.

3/ Questions

Le Morne Sulpice, vu de Ravine-Braie
(photo R.M.E., le 03.04.2016)


(à compléter)

sommaire

haut de page

Martinique (suite 1)

Martinique (suite 2)

Martinique (suite 3)

Martinique (suite 4)

Martinique (suite 5)

Nouveautés du mois