La lignée des EUZET du mas d'Euzet de Saint-Gély-du-Fesc (34).

Les branches de Nancy.
(T 31)



Pour mieux situer les EUZET de Nancy, il est suggéré:

De retrouver les EUZET de Nancy dans la généalogie de la lignée des EUZET de Saint-Gély-du-Fesc et du Triadou, du 14ème siècle au 21ème siècle (générations 14, 16 et 17 ) : la lignée



Signification des abréviations :
: naissance
b : baptême
p : parrain
m : marraine
fs : fils
fa : fille
test : testament
x : mariage
Cm : contrat de mariage
+ : décès
(+) : enterrement
ca : vers, environ
AD : Archives départementales












La présentation du lieu.
L'état des connaissances.
Questions.

La présentation du lieu.



La porte de la citadelle

2/ L'état des connaissances

1/ Une branche issue du Triadou (voir la génération 14 de
la lignée)

génération 1

Pierre (fs Claude et Marguerite de GIRARD) 23.10.1744 Le Triadou ; soldat puis cordonnier ; son père lui lègue 350 livres pour lui tenir lieu de toute légitime paternelle et de portion d'augment, par acte du 26.04.1759, à lui payer, la moitié à l'âge de 30 ans et la moitié trois ans plus tard, sans intérêts (notaire Fulcrand MAUMEJEAN, des Matelles) ; x Catherine MOTA, le 31.01.1775, à Nancy, paroisse de Saint Sébastien (54), cependant que les fiancailles ont été célébrées le 15 ; il est grenadier dans le régiment du roi ; au mariage, assistent, notamment, un caporal (MENY) et un fourrier (ROBIN) du régiment ; il signe l'acte EUSET et un frère de l'épouse signe MOTA ; elle appose sa marque (une croix) ; lui-même est indiqué comme laboureur originaire du Triadou et son nom est écrit HEUZET ; il est soldat au moins jusqu'en 1774 mais il ne l'est plus le 13.04.1775 quand il se fait régler ses droits de légitime ; à cette date, il est garçon cordonnier et il réside à nouveau au Triadou (notaire Fulcrand MAUMEJEAN, des Matelles) ; la quittance de paiement se fait au mas de Cécelés (à Saint-Mathieu-de-Tréviers), en présence d'André DÉSHONS et Antoine VIEILLE (habitants de la Fabrarié, à Treviés) ; en fait, il reçoit 1005 livres représentant les 350 livres de son père, plus 175 livres pour ses droits de légitime maternelle (sa mère étant morte ab intestat), plus 22 livres pour la portion de la légitime maternelle "de feu Louis EUZET son frère aussy mort ab intestat après leur mère", plus 458 livres pour les intérêts de ces sommes "qui ont couru depuis que ledit Pierre EUZET a quitté la maison paternelle jusque à aujourd'huy" (notaire Fulcrand MAUMEJEAN, des Matelles) ; en fait, c'est Joseph VINCENT, ménager de la métairie de Cécelés qui lui délivre ces 1005 livres, comme l'avait prévu un contrat de vente de deux devois du 13.02.1774 entre Jean Jacques EUZET (son frère aîné, héritier universel de leur père) et Joseph VINCENT ; cette vente d'un devois à Tréviés (Resticlou) et au Triadou (Tartigoux) avait coûté 1500 livres : 595 payées immédiatement et 1005 réservées pour Pierre EUZET qui était alors "au service du roy" (notaire Fulcrand MAUMEJEAN, des Matelles) ; c'est ensuite en 1780 que Pierre EUZET et Catherine MOTA apparaissent sur Castelnau-le-Lez, en étant parrain et marraine de baptême de Catherine "BALBINE", fille de Mathieu BEC, "imprimeur d'indienne", et de Marie "TRICONNE" (TRICOU), dans un acte non daté qui succède à un acte du 12 mars et qui précède un acte du 2 avril ; ils sont ensuite parrain et marraine de Catherine EUZET, fille de Laurent et de Jeanne GONTIER, le 26 novembre de la même année 1780 ; dans les deux cas, le curé souligne qu'ils sont résidents dans la paroisse ; il signe Pierre EUZET ou simplement EUZET ; + 16.09.1782, à Castelnau-le-Lez ; il est enterré "dans le cavot (caveau) de l'euvre (l'oeuvre)", comme beaucoup de paroissiens de cette époque ; sa femme, Catherine MOTA, se remarie le 14.10.1783, aux Matelles. Voir Le Triadou et Castelnau-le-Lez



2/ Une branche issue d'Ardes-sur-Couze (voir les générations 16 et 17 de la lignée et la génération 6 d'Ardes-sur-Couze )

génération 1

Pierre Michel (fs de François et de Françoise MELON) ; 30.09.1826, à Ardes ; signalé au recensement d'Ardes de 1836, avec ses parents, son frère Etienne, sa soeur Catherine et sa grand-mère, Marie PRADIER ; signalé au recensement d'Ardes de 1841 comme "ouvrier cordonnier", avec ses parents, son frère Etienne et Catherine MELON ; signalé au recensement d'Ardes de 1846 comme ouvrier cordonnier, avec ses parents, son frère Etienne, sa belle-soeur Louise MORIN et sa nièce Etisabeth EUZET ; x Marie Joséphine SOUDIER, le 24.07.1861, à Nancy (54) ; pas de Cm ; il est "cordonnier" et habite à Nancy quand il se marie ; les publications ont été faites à Nancy les 14 et 21 juillet ; son père (qui habite à Paris, n 6, rue de la Terrasse) lui accorde son consentement par acte devant Me BARON, notaire à Paris, reçu le 8 juillet ; les témoins du mariage sont 4 habitants de Nancy : Jean Pierre BRUNEL (cordonnier), Jean Baptiste HALRIC (tailleur de pierres), Jean VAILLARD (marchand de vin) et Charles DONORE (tailleur d'habits) ; il signe EUZET ; le 27.04.1864, il est un des quatre témoins au mariage de son beau-frère, Jean Baptiste SOUDIER (avec Elisabeth Victorine BESANCON) ; le mariage a lieu à Champigneulles (54) où résident les mariés mais lui-même habite Nancy et est indiqué comme cordonnier ; le couple habite encore Nancy en 1867 (naissance puis décès de leur fille, Marie Félicie) ; il est alors indiqué comme "marchand de fruits" ; il n'est pas indiqué dans le recensement de Pompey de 1876 mais il est "aubergiste" à Pompey (54) en 1879 ; en effet, il est mis en faillite (jugement du Tribunal de Nancy du 10.11.1879) ; il n'est pas signalé dans le recensement de Pompey de 1881 ; il n'est pas non plus indiqué dans le recensement de Frouard de 1891 ; + 23.09.1893, à Frouard (54) ; il est alors "épicier", âgé de 66 ans et toujours marié avec Marie Joséphine SOUDIER ; les biens déclarés sont uniquement des meubles ; la date du certificat constatant qu'il n'avait aucun actif est du 09.09.1896 (information dans la table des "Successions et absences", aux AD 54) ;


Les signatures de Pierre Michel EUZET et de Marie Joséphine SOUDIER
(à leur mariage, le 24.07.1861)

génération 2

- Marie Eugénie (fa Pierre Michel et Marie Joséphine SOUDIER) 16.02.1863, à Nancy (54) ; Cm avec Jean Baptiste CHÉRY, le 09.09.1879 (notaire ANDRÉ, de Nancy) ; x Jean Baptiste CHÉRY, le 10.09.1879, à Pompey (54) ; sont témoins au mariage : Jean Baptiste CHÉRY (pensionnaire de l'Etat, demeurant à Pont-à-Mousson, oncle de l'époux), Félix FIRMINES (ajusteur à Pompey, beau-frère de l'époux), Pierre MAILLÉ (peintre en bâtiments, ami de l'épouse), Guillaume COLIN (imprimeur en broderie, ami de l'épouse) qui signent avec les mariés et les parents des mariés ; + 06.12.1939, veuve CHÉRY, à Nancy, "24, rue Bassompierre" ; dans l'avis de décès, sont indiqués : "Antoine CHÉRY et Mme, Albert PRUDHOMME et Mme née Georgette CHÉRY, Veuve Pierre CHÉRY, Armand BAKRA et Mme née Simone CHÉRY, Jacqueline CHÉRY, ..." ; (+) dans le caveau de la famille, au cimetière de Prévelle (L'Est républicain des 7 et 10.12.1939).

- Marie Félicie (fa Pierre Michel et Marie Joséphine SOUDIER) 23.04.1867, à Nancy, "en la maison rue Saint Thiébaut, n 32" (la déclaration est faite par le père et par deux commissionaires publics, le 25) ; + 08.05.1867, à Nancy, "en la maison rue du Tapis-vert, n 14" (la déclaration est faite par le père et par un imprimeur en broderies).



3/ Questions

En ce qui concerne Pierre Michel, pour en savoir plus, il faudrait que la mise en ligne des actes d'Etat civil soit complétée sur le site des AD 54 (par exemple, les registres de décès à Frouard ne vont que jusqu'en 1887). Cependant, la mise en ligne récente des registres de "Successions et absences" de Nancy a déjà permis de trouver la date du décès, à Frouard (note écrite le 01.07.2017)

sommaire

haut de page

Les lignées issues de l'Hérault

Nancy (suite 1)

Nancy (suite 2)