La lignée des EUZET de Saint-Félix-de-Lodez et de Sète.

La branche de Limoges.



Pour mieux situer les EUZET de Limoges, il est suggéré de consulter :

- Les EUZET de Sète (générations 5 à 8 PORTALES)

Limoges au XVIIIe siècle



Signification des abréviations :
: naissance
b : baptême
p : parrain
m : marraine
fs : fils
fa : fille
test : testament
x : mariage
Cm : contrat de mariage
+ : décès
(+) : enterrement
ca : environ, vers
AD : Archives départementales
















La présentation du lieu.
L'état des connaissances.
Questions.

1/ La présentation du lieu

(à compléter)

2/ L'état des connaissances

Génération 1 :

- Jean Baptiste (fs Etienne et Anne BONNIEU) 29.12.1849, à Sète ; signalé au recensement de 1851, au foyer de ses parents, "Grand chemin" (section A, île Tuilerie) ; classe 1869 ; commis négociant ; à l'armée du 25.08.1870 au 01.07.1871 et en Afrique du 06.11.1870 au 06.07.1871 ; affecté à la Garde nationale mobile de l'Hérault ; à la réserve le 30.06.1875 ; périodes d'exercices à la 16ème section d'infirmiers militaires du 20.08. au 16.09.1878 ; à l'armée territoriale le 01.07.1879 ; période d'exercices à la 16ème section d'infirmiers du 05.03. au 17.03.1881 ; à la réserve de l'armée territoriale le 01.07.1884 ; libéré définitivement le 01.07.1895 ; x1 Elisabeth EUZET (fa Jean Baptiste et Elisabeth PONSY), le 13.05.1874, à Sète ; pas de Cm ; x2 Félicie Alexandrine TAURIAC, le 06.06.1877, à Sète ; pas de Cm ; maître de chai ; il signe ; signalé dans le recensement de Sète de 1906 avec sa belle-fille, Anne BIELLE, et son petit-fils, Jean-Marie EUZET, "Grande rue haute, n 30" ; signalé dans le recensement de Limoges de 1911, au "5, avenue Saint-Surin" (adresse de son fils), avec la mention "infirme" ; signalé dans les recensements de Limoges de 1921 et de 1926, à la même adresse ; + 05.03.1927, "à Limoges, avenue Saint-Surin 5", en son domicile.




La signature de Jean Baptiste
(le 01.08.1903)

Génération 2 :

- Albert Etienne (fs Jean Baptiste et Félicie Alexandrine TAURIAC) 13.07.1878, à Sète, "maison ROQUES, rue Caserne des douanes" ; cheveux, sourcils et yeux : châtains, front : fuyant, nez : moyen, bouche : grande, menton : rond, visage : ovale, taille : 1 m 61 ; classe 1898 ; tirage au sort : n 131 ; incorporé au 11ème bataillon de chasseurs à pied, à compter du 16.11.1899, matricule 952 ; passé à la 19ème section des secrétaires d'état major et du recrutement, le 17.10.1900 ; nommé première classe, le 11.10.1901 ; campagne en Tunisie du 16.08.1900 au 11.10.1902 ; en disponibilité de l'armée active, le 10.10.1902 ; employé de commerce ; x Anne BIELLE, le 01.08.1903, à Sète ; pas de Cm ; il est employé de commerce quand il se marie ; il signe ; rayé de la 16ème section de secrétaires d'état major et de recrutement, le 04.08.1910 et affecté au régiment d'infanterie de Montpellier (excédent des effectifs de guerre) ; périodes d'exercices dans la 16ème section des secrétaires d'état major, du 16.08. au 12.09.1905 et du 10.10. au 26.10.1909 ; campagnes contre l'Allemagne : du 03.08.1914 au 15.02.1915 (simple) ; du 16.02.1915 au 07.09.1915, aux armées (double) ; du 08.09.1915 au 07.05.1916, à l'intérieur, blessé (double) ; du 08.05.1916 au 14.06.1916, aux armées (double) ; du 15.06.1916 au 13.11.1916, à l'intérieur, blessé (double) ; du 14.11.1916 au 31.01.1919, aux armées (double) ; envoyé en congé illimité à Limoges, "cité St Surin, n 5" (les autres adresses successives sont cachées par le document sur les campagnes mais il semble y avoir Lyon) ; le dossier militaire donne des renseignements encore plus précis sur la période 1914-1918 : arrivé au corps le 03.08.1914 ; passé au 22ème régiment d'infanterie coloniale, le 16.02.1915 ; passé au 33ème colonial, le 02.03.1915 ; caporal fourrier, le 11.06.1915 ; évacué blessé le 08.09.1915 par E O ; au dépôt, le 25.12.1915 ; ; sergent fourrier, le 21.01.1916 ; passé au 53ème régiment d'infanterie coloniale, aux armées, le 08.05.1916 ; blessé le 14.06.1916 par schrapnell ; évacué à la même date ; au dépôt, le 07.10.1916 ; aux armées, le 14.11.1916 ; sergent le 15.11.1916 ; intoxiqué le 12.07.1918 ; cité à l'ordre du 33ème colonial, n 67 ; décoré de la croix de guerre, étoile bronze ; médaille de la Victoire ; insigne des blessés ; médaille commémorative de la Grande Guerre ; libéré définitivement du service, le 10.11.1927.

Le monument aux morts (détails)
(photo J.C.E., le 26.01.2010)

Les annuaires de Limoges sont muets sur sa présence à Limoges jusqu'en 1907 (mais si le recensement de Sète de 1906 indique la présence de son père, de son épouse et de son fils "Grande rue haute, n 30", lui-même n'est pas à Sète, ce qui laisse supposer qu'il est déjà à Limoges) ; l'annuaire de Limoges de 1908 indique : "EUZET et VASSIER, courtiers en vins, rue Armand-Barbes, 41" ; celui de 1909 indique : "EUZET et VASSIER, représentants en vins, avenue du Champ-de-Juillet, 30" mais aussi : "EUZET, avenue Saint-Surin, 5" ; les mentions sont les mêmes en 1910 ; celui de 1911 indique : "EUZET et VASSIER, représentants en vins, avenue des Bénédictins, 29", avec le téléphone n 6-02 et, en même temps : "EUZET, avenue Saint-Surin, 5" ; il est donc clair que le domicile est à cette même adresse ; ceci est confirmé par le recensement de Limoges de 1911 qui indique, au n 5 de l'avenue Saint-Surin, la présence d'Albert Etienne, courtier en vins, patron, avec son épouse, leurs enfants, Jean-Marie et Elisabeth, son père Jean Baptiste, infirme, et sa belle-soeur, Marguerite BIELLE ; par ailleurs, le même recensement de Limoges de 1911 indique qu'au 15 de la rue Saint-Paul, il y a la famille VASSIER dont Charles (né la même année qu'Albert Etienne à Sète, représentant de commerce, travaillant pour EUZET) ; si l'épouse VASSIER est de Bourges, leurs trois enfants sont nés en 1904, 1906 et 1909 à Sète, ce qui montre bien le parallèle avec la famille EUZET ; à partir du recensement de Limoges de 1921, Albert Etienne EUZET travaille seul et il habite, effectivement, au 5 de l'avenue Saint-Surin, avec son épouse, ses enfants et son père ; le recensement de Limoges de 1931 indique qu'il habite au "22, rue Saint-Paul", avec son épouse et leur fille Elisabeth, cependant que leur fils Jean Marie et sa propre famille continuent à habiter au 5 de l'avenue Saint-Surin ; pendant cette période, les annuaires de Limoges et l'annuaire Didot-Bottin national le signalent comme représentant de commerce ou représentant en vins ou courtier en vins, cependant que l'annuaire Dumont, de Limoges, précise qu'il est propriétaire en 1931 ; les annuaires confirment le lieu d'habitation au 5, avenue Saint-Surin, jusqu'en 1930, le changement au 22, de la rue Saint-Paul ayant lieu (ou du moins étant indiqué) en 1931 ; signalé dans le recensement de Limoges de 1936 comme représentant en vins, avec son épouse et leur fille Elisabeth, "22, rue Saint Paul" ; + 15.04.1959, à Limoges, "en son domicile 22 rue Saint-Paul".


Les signatures de Jean-Marie EUZET, Albert EUZET et Anne (BIELLE) EUZET
et celles de Juliette GEOFFROY, Etienne GEOFFROY et Marguerite BIELLE
(le 09.02.1929)

Génération 3 :

- Jean-Marie (fs Albert Etienne et Anne BIELLE) 26.04.1905, à Sète, "maison CASSAGNE, Grande rue Haute n 30 ; déclaration par son père, qui signe ; signalé dans le recensement de Sète de 1906 avec son grand-père, Jean Baptiste EUZET, et sa mère, Anne BIELLE (son prénom indiqué est Anna), "Grande rue Haute, n 30" (son père n'est pas indiqué et se trouve déjà, probablement, à Limoges) ; signalé dans les recensements de Limoges de 1911 et de 1921, avec ses parents, "avenue Saint-Surin, n 5" ;

Jean-Marie EUZET
(portrait peint par Charles BICHET)

signalé dans le recensement de Limoges de 1926, à la même adresse mais avec la mention : "en pension" ; professeur de violon ; peintre et cartonnier de tapisseries ; x Juliette Marie Catherine Valérie GEOFFROY, le 09.02.1929, à Limoges ; sont témoins : Marguerite BIELLE (institutrice) et Raymond GEOFFROY (électricien) ; il est domicilié avec ses parents, au "5, avenue Saint-Surin", à Limoges, quand il se marie ; signalé dans le recensement de Limoges de 1931, à la même adresse, comme professeur de musique, avec sa femme et leur fils Charles ; signalé dans le recensement de Limoges de 1936, à la même adresse, comme professeur de musique, avec sa femme, leur fils Charles et leur fille Anne-Marie ; + 04.09.1980, "en son domicile, 32, rue Saint-Paul", à Limoges (nouvelle numérotation des maisons de la rue). Voir sa carrière artistique dans : "Limoges (suite 1)" et "Limoges (suite 2)" et "Limoges (suite 3)" ;

- Elisabeth Emilie (fa Albert Etienne et Anne BIELLE) 08.09.1909, à Sète, "maison GOUDARD, avenue du château d'eau n 3" ; la déclaration de naissance est faite par l'accoucheuse, le père étant absent ; signalée dans les recensements de Limoges de 1911, 1921, 1926, 1931 et 1936, avec ses parents, à leur adresse ; + 03.07.1937, à Limoges (information du décès sur le site Internet de M. Jacques LEDENT).

Génération 4 :

- Charles Michel Emile (fs Jean-Marie et Juliette Marie Catherine Valérie GEOFFROY) 18.11.1929, "rue Meissonnier", à Limoges ; signalé dans le recensement de Limoges de 1931 avec ses parents, "5, avenue Saint Surin" ; signalé dans le recensement de Limoges de 1936 avec ses parents et sa soeur Anne-Marie, "5, avenue Saint Surin" (le reste, confidentiel).

- Anne-Marie Andrée (fa Jean-Marie et Juliette Marie Catherine Valérie GEOFFROY) 24.07.1933, "5, avenue Saint Surin", à Limoges ; signalée dans le recensement de Limoges de 1936 avec ses parents et son frère Charles, "5, avenue Saint Surin" ; + 25.03.2015, à Limoges.

.


3/ Questions




sommaire

haut de page

Les lignées issues de l'Hérault

Limoges (suite 1)

Limoges (suite 2)

Limoges (suite 3)