La lignée des EUZET du mas d'Euzet de Saint-Gély-du-Fesc (34).

La branche de Diou
(T 92)



Pour mieux situer les EUZET de Diou, il est suggéré de se reporter aux aux : EUZET de Paris (générations 1 à 3 de la branche issue de Saint-Etienne), aux EUZET de Saint-Etienne et aux EUZET de Saint-Bauzille-de-Putois, pour les périodes immédiatement antérieures



Signification des abréviations :
: naissance
b : baptême
p : parrain
m : marraine
fs : fils
fa : fille
test : testament
x : mariage
Cm : contrat de mariage
+ : décès
(+) : enterrement
ca : près, environ
AD : Archives départementales








La présentation du lieu.
L'état des connaissances.
Questions.

La présentation du lieu


(à compléter)

Le centre de Diou

L'état des connaissances

Génération 1 (
"La lignée - génération 18") :

- Marie Louise (fa naturelle de Marie Antoinette) 28.03.1902, à Paris, "boulevard Port Royal 123" (14ème arrondissement) ; admise au dépôt de l'Hospice des Enfants-Assistés, le 05.04.1902, sous le numéro 2646 ; abandonnée par sa mère à compter du 07.04.1902 et inscrite sous le numéro 152418 sur le registres des enfants assistés ; placée et domiciliée chez Mme JALLET (patronyme écrit souvent JALET dans le dossier de l'Assistance) ; le recensement de Diou (03) de 1906 indique qu'effectivement, Marie Louise est un enfant "assisté", née en 1902, à Paris ; elle se trouve dans la famille de François JALLET (journalier), lequel habite aux Loges avec son épouse, Claudine CAMUS, et leurs 5 enfants ; le recensement de Diou de 1911 indique plus précisément qu'elle est "assistée de la Seine", toujours dans la même famille, sauf que Claudine JALET (nom écrit avec un seul L) est seule avec ses 5 enfants ; elle a donc été placée dans cette famille, probablement dès 1902 ; ce village de Diou paraît s'être spécialisé dans ces placements car les recensements montrent que plusieurs enfants sont des assistés de la Seine ; elle part temporairement à Hendaye (64), le 02.07.1912 jusqu'en 1913 ; elle travaille chez MILLIER à La Chapelle (03) du 30.08.1916 au 11.11.1917 ; elle travaille chez VERNISSE à Monetay, c'est-à-dire Monétay-sur-Loire, du 24.06.1919 au 24.06.1920 ; pour cette période, le dossier de placement contient deux lettres (des 05.10.1919 et 05.12.1919) de Claudine JALLET adressée à Marie (elle n'écrit jamais Marie Louise) ; ce sont des lettres assez tendres qui répondent à des courriers de Marie et qui montrent une réelle affection de la nourrice pour son élève (terme officiel pour un enfant placé) ; le 05.12.1919, elle s'adresse à elle en l'appelant "chère enfans" et la lettre se termine par "jeu tere mine ma lettre en ton brasson bin fort ta mère pour la vie JALLET une grosbis deu la Marie" ; la lettre du 05.10.1919 commence par "Ma chère fille" et se termine par "je te quitte en t'embrassans bien des fois ainsi que toute la famille qui t'envoie bien des choses; Ta mère qui pense a toi. JALLET la petite Marie te bibi bien des fois" ; elle travaille chez POUVIOT à Saint Pourçain, c'est-à-dire Saint-Pourçain-sur-Besbre (03), du 01.03.1920 au 24.06.1920 ; elle travaille chez MAZET, à Thiel, c'est-à-dire Thiel-sur-Acolin (03) du 24.06.1920 au 24.06.1921 ; le dossier d'Assistance contient une note du "Conseil de famille, agence de Dompierre" qui indique : "fille mère a accouché d'une fille le 03.02.1923 qu'elle élève ; elle doit épouser le nommé RAMAGE Antoine 31 ans, ouvrier d'usine à la fonderie de Sept-Fons à Dompierre ; après le mariage les futurs continuent à travailler à l'usine; Dompierre, le 7 juin 1924" ; une autre partie de la note confirme que la date probable du mariage est fin juin 1924 et le profil de Marie est ainsi donné : " Moralité bonne, Intelligence ordinaire, Caractère bon, Conduite bonne" ; quant à la naissance, plusieurs courriers se trouvent dans le dossier de l'Assistance : c'est d'abord une lettre du 05.02.1923 où Marie s'adresse au directeur de l'Assistance (probablement de l'agence de Dompierre) et dans laquelle elle l'avertit de la naissance et qu'elle veut garder sa petite fille, quelle va chercher une nourrice et qu'elle va demander à sa "mère nourrice" (Mme JALLET) si elle veut bien la prendre ; le 07.02.1923, le directeur des Hospices de Moulins avertit le directeur de l'Assistance de la Seine, agence de Dompierre, de la naissance, le 3, de Germaine, fille de Marie, et précise que la mère et l'enfant se portent bien ; le 20.02.1923, le même informe que la "pupille EUZET Marie Louise en traitement à la maternité est guérie et peut quitter le dit Etablissement" ; elle travaille à Dompierre, c'est-à-dire Dompierre-sur-Besbre, en 1924, comme ouvrière d'usine, à la fonderie de Sept-Fons ; le 28.02.1926, naît son fils Louis EUZET, aux Loges, de Diou ; la déclaration est faite par Claudine CAMUS veuve François JALLET ; x Jean Marie GAUBIÉ, le ?, à ? ; + 06.05.1989, à Moulins (03), "10, avenue Général de Gaulle" (centre hospitalier) ; quand elle décède, elle est domiciliée à Le Donjon (03), à l'Hospice, et elle est veuve de Jean Marie GAUBIÉ (acte n 297). Paris

Vue d'une partie des fonderies
- carte postée en 1924, quand Marie y travaillait -
(site : dompierreencpa.free.fr)




Génération 2 ( "La lignée - génération 19") :

- Germaine (fa naturelle de Marie Louise) 03.02.1923, à Moulins (à la maternité) ; cette naissance est attestée par plusieurs documents dans le dossier de l'Assistance de la Seine, concernant Marie Louise ; celle-ci demande à sa "mère nourrice" si elle veut bien la prendre (lettre du 05.02.1923 au directeur de l'assistance) ; une note du 07.06.1924 indique que Germaine est élevée par sa mère et un certificat du 06.06.1924 précise que celle-ci réside aux Loges de Diou, chez Mme JALET (la suite, confidentiel).

- Louis (fs naturel de Marie Louise) 28.02.1926, aux Loges, à Diou ; l'acte (n 7) est dressé par la mairie de Diou, le 01.03.1926, "sur déclaration faite par Claudine CAMUS veuve François JALLET, cinquante cinq ans, sans profession domiciliée à Diou" (elle signe ve JALLET) ; dans cet acte , il y a une erreur sur le jour de naissance de Marie Louise (le 31 mars au lieu du 28 mars), en marge, il est écrit : "versé à l'assistance de l'Allier", rien n'est dit sur le nom du père mais le prénom, Louis, correspond à celui du grand-père de Marie Louise et donc de l'arrière-grand-père de Louis ; (la suite, confidentiel).

Questions

(à compléter)

sommaire

haut de page

Les lignées issues de l'Hérault

Diou (suite 1)

Diou (suite 2)