La lignée des EUZET du mas d'Euzet de Saint-Gély-du-Fesc (34).

La branche de Mudaison.
(T 55)



Pour mieux situer les EUZET de Mudaison, il est suggéré de consulter :

- La lignée du mas d'Euzet de Saint-Gély-du-Fesc (générations 16 et 17)

- Saint-Bauzille-de-Montmel (générations 4 et 5).

- Beaulieu (générations 1 et 2) .

Mudaison et son environnement, au XVIIIe siècle
(carte de Cassini)



Signification des abréviations :
: naissance
b : baptême
p : parrain
m : marraine
fs : fils
fa : fille
test : testament
x : mariage
Cm : contrat de mariage
+ : décès
(+) : enterrement
ca : environ, vers
AD : Archives départementales








La présentation du lieu.
L'état des connaissances.
Questions.

1/ La présentation du lieu

2/ L'état des connaissances


Une branche de Saint-Bauzille-de-Montmel

Génération 1 :

- Jean (fs Jean et Marie GALOT) 04.01.1793, à Saint-Bauzille-de-Montmel ; classe 1813 ; taille 1 m 65 ; il réclame le placement de fin de dépôt, comme frère du conscrit Gabriel ; résultat du conseil du 06.11.1812 ; placé provisoirement en fin de dépôt ; x Marie MALASSAGNE 10.03.1813, à Saint-Bauzille-de-Montmel ; Cm 01.03.1813, (notaire MAUMEJAN, des Matelles, selon le bureau de l'enregistrement de Saint-Martin-de-Londres) ; levée de 30 000 hommes pour l'armée d'Espagne ; le 24.09.1813, il dit s'être marié le 10 mars et il est exempté (1R 120 et 1R 244, aux AD 34) ; domicilié à Mudaison en 1817 quand naît son fils Casimir et il est travailleur de terre ; il est toujours à Mudaison en 1819 quand naît son fils Pierre et il est cultivateur (c'est par erreur que dans cet acte il est dit marié à Marie PORTAL) ; il demeure ensuite à Lunel : valet "à la métairie du sieur CASTAN", en 1827 quand naît son fils Jacques ; le 25.03.1838, il est "cultivateur demeurant à la campagne de M. CASTAN appelée le mas du Juge, située dans le terroir de la ville de Lunel" et il vend à Jean PERIDIER (propriétaire à Saint-Bauzille-de-Montmel), une pâture, tènement de Pioch, camp contenant 1 hectare 10 ares environ, à Saint-Bauzille-de-Montmel ; le prix est de 100 francs que PERIDIER paye immédiatement contre quittance ; l'acte est passé dans la maison de Pascal LABADIE, à Saint-Bauzille-de-Montmel, en présence de Jean MICHEL (propriétaire) et Jean RAMADIER (cordonnier), de Saint-Bauzille-de-Montmel, qui signent avec l'acheteur (notaire Pierre Augustin Joseph Fulcrand MAUMEJAN, des Matelles) ; il habite avec son épouse au "mas de Castan", à Lunel, le 18.05.1841, quand sa fille Marie meurt à Lunel-Viel ; le 05.12.1847, il est "agriculteur et païre chez M. CASTAN demeurant à Lunel (ville)" quand il achète un jardin au tènement de Peissel, à Saint-Bauzille-de-Montmel ; le vendeur est Jean BAUQUIER (agriculteur à Saint-Bauzille-de-Montmel) ; le montant de la vente est de 200 francs qu'il a payé avant la passation de l'acte et il a obtenu quittance du vendeur ; la contenance du jardin est d'environ 2 ares 80 centiares ; l'acte est passé dans sa maison, en présence de Jean RAMADIER (agriculteur) et Antoine JEANJEAN (agriculteur et garde-champêtre) de Saint-Bauzille-de-Montmel qui signent (notaire Pierre Augustin Joseph Fulcrand MAUMEJAN, des Matelles) ; il est encore "au mas du juge, commune de Lunel" (34), en 1851 ; le 29.08.1852, alors qu'il habite "aux Barandons, commune de Saint-Bauzille-de-Montmel", il fait une donation entre vifs au bénéfice de son épouse, Marie MALASSAGNE : il lui donne la jouissance, à partir de son décès, de 1/ "deux pièces au premier étage de sa maison", aux Barandons, l'une servant de cuisine au haut de l'escalier et l'autre appelée la grande chambre à la suite de la cuisine 2/ "du mobilier qui se trouvera dans ces deux pièces" à son décès 3/ "d'une vigne au tènement des Vignes, à Saint Bauzille 4/ "d'une olivette appelée le clau" et 5/ "d'une vigne au même terroir, tènement des campets" ; elle accepte la donation ; l'acte est fait dans la maison du sieur JEANJEAN, en présence de deux agriculteurs du lieu : Guillaume MAUZAC et Jean RAMADIER ; il ne sait pas signer (notaire Pierre Augustin Joseph Fulcrand MAUMEJAN, des Matelles) ; à la même date, avec les mêmes témoins et le même notaire, Marie MALASSAGNE fait une donation entre vifs en faveur de son mari ; elle lui donne "l'usufruit d'un quart de tous les biens meubles et immeubles qui comporteront son entière hérédité, pour le donataire en jouir pendant sa vie, à partir du décès de la donatrice ; il accepte la donation ; avec son fils Casimir, le 27.02.1853, il vend à Elisabeth BOUISSON (femme de Calixte BRUNEL, aux Barandons), "un are soixante centiares d'un patus, lieu dit des Barandons", pour une somme de 40 francs qui est immédiatement payée ; l'acte est fait dans la maison de l'acquéreur, en présence de Jean CAMBACEDES et d'André LABADIE, de Saint-Bauzille-de-Montmel (notaire Pierre Augustin Joseph Fulcrand MAUMEJAN, des Matelles) ; il est signalé au recensement de 1856 de Saint-Bauzille-de-Montmel avec sa femme et deux enfants : Casimir (38 ans) et Angélique (8 ans), dans les "Les Barandons" de la commune ; il est signalé au recensement de 1861 de Saint-Bauzille-de-Montmel avec sa femme et un enfant : Angèle (17 ans), dans "Les Barandons" de la commune ; le 07.03.1863, avec son épouse, il fait une donation entre vifs de ses biens pour ses enfants et petits-enfants (son fils Jacques, seul survivant de ses enfants, et ses deux petites-filles : Marie MARQUÉS épouse de Jacques BOSC et fille de Marie EUZET d'une part, et Marguerite EUZET épouse de Louis JEANJEAN et fille de Casimir EUZET d'autre part) ; ses biens comprennent 18 lots, à savoir une maison avec ses dépendances, des objets mobiliers, des champs, hermes, vignes et muriers, une olivette, un jardin et une pâture, tous ces immeubles étant à Saint-Bauzille-de-Montmel, soit "d'un revenu annuel de la somme de 200 francs représentant au denier 20 le capital de 4000 francs" (somme déclarée pour la fixation des droits d'enregistrement) ; la donation est faite sous une double réserve : 1/ "la jouissance d'une chambre au premier étage de la maison appelée la chambre neuve et de la faculté de se servir de la cuisine en haut de l'escalier", plus le mobilier de la chambre et 2/ " une pension annuelle et viagère de la somme de 450 francs qui leur sera payée dans leur domicile par quart de trois en trois mois et d'avance à partir du premier mai prochain, savoir : 112,50 francs par la dame BOSC, 126, 50 francs par le sieur Jacques EUZET, et 211 francs par ladite JEANJEAN" (il est aussi prévu que la pension sera réduite à la somme de 250 francs au décès de Marie MALASSAGNE et à celle de 200 francs au décès de Jean EUZET) ; il est indiqué ensuite la répartition de ces biens entre les trois donataires qui acceptent la donation et les conditions ; l'acte est fait dans la maison des donateurs, Jean EUZET et son épouse ("lesquels ne pouvant attendu leur age avancé et les infirmités dont ils se trouvent atteints, se livrer a la gestion et administration de leurs biens"), en présence de François DEJEAN (expert géomètre demeurant à Beaulieu) et Pierre DAUDÉ (propriétaire agriculteur à Saint-Bauzille-de-Montmel) ; + 11.02.1864, à Beaulieu ; l'acte précise qu'il est "né et domicilié à Saint-Bauzille-de-Montmel" et qu'il "est décédé dans la maison d'habitation de son fils située à Beaulieu"
"Saint-Bauzille-de-Montmel" et Lunel et Beaulieu


Génération 2 :

- Jean Casimir (fs Jean et Marie MALASSAGNE) ; le prénom usuel a pu varier car, pour la naissance de sa fille Marguerite, le prénom indiqué est Jean ; 07.04.1817, à Mudaison (34) ; x1 Angélique COULONDRE, le 21.07.1842, à Saint-Bauzille-de-Montmel ; Cm le 24.04.1842 : régime dotal ; elle se constitue en dot 150 francs "pour la valeur des bijoux et dorures qu'elle a devers elle" ; Jean EUZET fait donation à Casimir, à titre de préciput "d'un quart de tous ses biens, meubles et immeubles, présents et à venir" pour en jouir après son décès ; en outre, à compter de la célébration du mariage, il lui accorde la jouissance de deux immeubles à Saint-Bauzille-de-Montmel, l'un en nature de vigne au tènement des compet (...) et l'autre terre et oliviers, la partie de terre semée en saint foin appelée le clau (...)" ; son père lui concède aussi la jouissance "de la chambre neuve de sa maison (...), au lieu dit les Barrandons, la cuisine de la même maison restera indivise entre le donataire et le donateur, cette jouissance d'un revenu annuel de dix francs" ; l'acte est passé dans la maison d'habitation de la mère de la future épouse "au lieu dit les Salabert", en présence de Guillaume MAUZAC fils aîné et Bernardin JEANJEAN (propriétaires fonciers à Saint-Bauzille-de-Montmel) qui signent ; les parties ne savent pas signer (notaire Pierre Auguste Joseph Fulcrand MAUMEJAN, des Matelles) ; il est domicilié avec ses parents à "la métairie du Juge, terroir de Lunel", quand il se marie ; les publications sont sur Lunel et Saint-Bauzille-de-Montmel ; signalé au recensement de 1846 de Saint-Bauzille-de-Montmel avec sa femme, Angélique COULONDRE et leur fille Marguerite (2 ans) ; x2 Marie Ursule SABATIER, le 20.11.1851, à Saint Christol (34) ; Cm le 01.11.1851 (notaire Hypolite BORT, de Lunel - à rechercher) ; agriculteur ; il demeure à Saint-Bauzille-de-Montmel quand il se marie ; avec son père Jean, le 27.02.1853, il vend à Elisabeth BOUISSON (femme de Calixte BRUNEL, aux Barandons), "un are soixante centiares d'un patus, lieu dit des Barandons", pour une somme de 40 francs qui est immédiatement payée ; l'acte est fait dans la maison de l'acquéreur, en présence de Jean CAMBACEDES et d'André LABADIE, de Saint-Bauzille-de-Montmel (notaire Pierre Augustin Joseph Fulcrand MAUMEJAN, des Matelles) ; signalé au recensement de 1856 de Saint-Bauzille-de-Montmel avec sa soeur Angélique et ses parents, dans "Les Barandons" de la commune ; il est alors indiqué comme célibataire (en fait, doublement veuf) quand est fait le recensement ; il ne sait pas signer ; + 07.02.1857, à Saint-Bauzille-de-Montmel (son métier étant garde-champêtre). Saint-Bauzille-de-Montmel et Lunel

- Pierre (fs Jean et Marie MALASSAGNE) 25.11.1819, à Mudaison (34) ; + 22.10.1841, à Alais (30) ; il meurt à l'hospice d'Alais (Alès), "âgé de 22 ans", ce qui confirme bien la naissance en 1819 ; dans l'acte de décès d'Alais, transcrit dans l'état civil de Lunel le 24.11.1841, il est bien indiqué comme étant le fils de Jean EUZET et de Marie MALASSAGNE ; il est également écrit qu'il est "natif de Mudaison et domicilié à Lunel" ; ces indications permettent d'affirmer qu'il y a une erreur dans son acte de naissance où il est noté comme étant le fils de Jean EUZET et de Marie PORTAL ; la déclaration du décès est faite par un infirmier de l'hospice d'Alais et un employé de la mairie ; quand il meurt, Pierre est militaire : "chasseur à la compagnie hors-rang du troisième bataillon du quinzième régiment d'infanterie légère". Lunel



Une branche de Montferrier et de Prades-le-Lez

Génération 1 :

- Marie fa Denis Frédéric et Marie Thérèse PELLAT ; 21.04.1855, à Montferrier ; signalée aux recensements de Montferrier de 1856 et 1861, avec ses parents, "au hameau de Baillarguet" ; signalée au recensement de Montferrier de 1866, avec ses parents et ses frères, Jean et Pierre, "au hameau de Baillarguet" ; elle n'est pas signalée au recensement de Montferrier de 1872 ; sa signature (Marie EUZET) apparaît au bas de l'acte de mariage et au bas du contrat de mariage de son frère Jean, en 1872 ; domiciliée à Montferrier quand elle se marie ; x Joseph BONNAUD, le 21.08.1875, à Montferrier ; Cm notaire Etienne Henri FADAT, de Montpellier (certificat du 23.06.1875) ; présents au mariage, notamment : Calixte EUZET, 48 ans, propriétaire au Triadou et Pierre ROUX, 45 ans, cordonnier, à Prades, oncles de Marie ; sans profession ; le couple est signalé dans le recensement de Montferrier de 1876 (lui comme cultivateur, elle sans profession - il est précisé qu'ils savent lire et écrire) avec leur fille, Thérèse, âgé de 2 mois ; le couple n'est pas signalé aux recensements de Montferrier (et de Mudaison) de 1881 et de 1886 ; signalée au recensement de 1891 de Mudaison avec son mari (instituteur) et leurs deux enfants, Frédéric (13 ans) et Thérèse (14 ans) ; signalée au recensement de 1896 de Mudaison avec son mari (instituteur), leur fils Frédéric (18 ans) et son neveu, Léonce EUZET, "rue du Calvaire" ; elle est signalée avec son mari (indiqué comme instituteur, elle sans profession), "rue du plan Bonnet, à Mudaison dans le recensement de Mudaison de 1901 ; elle est signalée avec son mari (indiqué comme instituteur, elle sans profession), avec Marguerite BONNIEU (sa belle-mère), "chemin de Candillargues, à Mudaison, dans le recensement de Mudaison de 1906 ; elle est signalée avec son mari (indiqué comme instituteur, elle sans profession), avec Marguerite BONNIEU (sa belle-mère), Jules BOSC (chef de ménage, propriétaire), Alice BOSC (femme de Jules) et Louis BOSC (fils de Jules et d'Alice), "chemin de Candillargues", à Mudaison, dans le recensement de Mudaison de 1911 ; les mêmes sont indiqués de la même manière dans le recensement de Mudaison de 1921 (mais Joseph BONNAUD est indiqué comme retraité) ; dans le recensement de Mudaison de 1926, elle est signalée comme belle-mère de Jules BOSC, avec Alice et Louis BOSC et Adrien MOUYNAS (cousin, vitivulteur), "chemin de Candillargues", à Mudaison (Joseph BONNAUD n'est pas indiqué) ; elle est signalée dans le recensement de Mudaison de 1931 comme veuve BONNAUD et grand-mère, avec Louis BOSC (chef de ménage, propriétaire), Marguerite BOSC (sa femme), Jacqueline BOSC (leur fille), Jules BOSC (père, rentier) et la veuve Thérèse BOSC (cousine, en fait Thérèse EUZET, veuve d'Augustin BOSC), "rue des religieuses", à Mudaison ; elle n'est pas signalée dans le recensement de Mudaison de 1936 ; + 17.07.1933, à Mudaison (34), "veuve BONNAUD" (avis dans Le Petit Méridional et L'Eclair du 18.07.1933) ; (+) le 18.07.1933, à Mudaison. Montferrier

Génération 2 :

- Thérèse, Eulalie fa Jean Jacques et Gracie DÉJEAN ; 13.02.1876, à Montferrier ( "Baillarguet, commune de Montferrier") ; signalé aux recensements de 1886 et de 1891 de Portiragnes (34) avec ses parents ; signalée aux recensements de 1896 et de 1901 de Prades-le-Lez, au foyer de ses parents ; publication de la promesse de mariage à Mudaison (34, canton de Mauguio) et à Prades-le-Lez ; x Augustin, Michel BOSC, le 10.08.1901, à Prades-le-Lez ; Cm, le 13.07.1901, notaire Jules, Henri THOUZELLIER, de Baillargues (34) ; sans profession ; elle signe ; présent au mariage, notamment : Louis GRANIER, 67 ans, propriétaire à Prades-le-Lez, son oncle ; domiciliée à Prades-le-Lez quand elle se marie ; Gracie DÉJEAN étant décédée le 26.01.1920, les immeubles dépendant de sa succession sont mis en vente sur licitation, au Palais de Justice de Montpellier, le 21.03.1921 (L'Eclair du 27.02.1921- pour plus de détails, voir l'article de Gracie DÉJEAN, en "suite 1") ; + 25.03.1958, à Mudaison. Prades-le-Lez et Montferrier et Portiragnes

- Léon Joseph (appelé Léonce dans les recensements) fs Jean Jacques et Gracie DÉJEAN ; 01.02.1885, à Portiragnes (34) ; signalé aux recensements de Portiragnes de 1886 (1 an) et de 1891 (6 ans), avec ses parents ; signalé au recensement de Mudaison de 1896 (11 ans) avec sa tante, Marie EUZET, le mari de celle-ci, Joseph BONNAUD (instituteur) et leur fils, Frédéric BONNAUD (18 ans), "rue du Calvaire" ; signalé aux recensements de Prades-le-Lez de 1901, 1906 et 1911, avec ses parents, "Quartier de la place, n 1" ; appelé au service militaire en 1905 (numéro 4 au tirage au sort, canton des Matelles) mais exempté en 1906 ; maintenu exempté le 09.12.1914 et le 30.03.1917 ; cheveux, sourcils et yeux : châtain foncé, front : découvert, nez : fort, bouche : moyenne, menton : à fossettes, visage : ovale, taille : 1 m 66 ; viticulteur (dès 1906) ; x Jeanne Henriette Eugénie BONNAFÉ, en 1917 (publication de mariage dans Le Petit Méridional du 14.10.1917) ; il est signalé dans les mêmes conditions mais avec son épouse aux recensements de Prades-le-Lez de 1921, 1926 et 1931 ; leur fille Odette est signalée dès le recensement de 1921, leur fille Marcelle dès le recensement de 1926 et leur fils Jean dès le recensement de 1931 ; la localisation est toujours la même (mais avec une numérotation différente selon les recensements) ; ses parents lui donnent en location, à mi-fruit, les immeubles dépendant de Gracie DÉJEAN, pour une période de 9 ans, du 01.01.1918 au 01.01.1927 ; ce bail est enregistré à Montpellier, le 26.03.1918 (folio 82, case 5) par le receveur qui en perçoit les droits (L'Eclair du 27.02.1921) ; Gracie DÉJEAN étant décédée le 26.01.1920, les immeubles de ce bail dépendant de sa succession sont mis en vente sur licitation, au Palais de Justice de Montpellier, le 21.03.1921 (L'Eclair du 27.02.1921- pour plus de détails, voir l'article de Gracie DÉJEAN, en "suite 1") ; c'est à partir du recensement de 1931 que Léonce est signalé comme "chef" (de famille), son père Jean étant toujours présent mais ayant cessé son activité ; signalé au recensement de Prades-le-Lez de 1936, comme viticulteur et patron, avec son épouse et leurs enfants, Odette et Jean ; + 10.01.1961 (selon l'Enregistrement) Prades-le-Lez et Portiragnes

3/ Questions




sommaire

haut de page

Les lignées issues de l'Hérault

Mudaison (suite 1)

Mudaison (suite 2)